Les inspections effectuées dans des centres de soins pénitentiaires ont montré d’importantes défaillances en matière d’hygiène ce qui a entraîné la réalisation de ce rapport. Sur la base de ce rapport, la profession demande aux services de l’Etat de montrer l’exemple en allouant les moyens nécessaires aux centres (hospitaliers, pénitentiaires…) qui sont sous leur responsabilité afin qu’ils puissent pallier les défaillances actuelles.

La profession demande à la DGS de lui donner les moyens et l’aide indispensables pour assurer une sécurité optimale aux patients. Pour cela il est primordial de disposer de porte instruments rotatifs (PIR) adaptés aux protocoles de stérilisation préconisés par le Guide des recommandations de la DGS et ce, bien que la profession ait une pratique régulière de la décontamination de haut niveau. Un contrôle des performances réelles de tous ces dispositifs médicaux doit être effectué par l’Afssaps qui est garante de leur qualité.

La profession attend beaucoup des résultats que l’Afssaps diffusera. L’ADF a déjà constitué un Groupe de Travail Scientifique qui collabore avec les industriels au développement de moyens efficaces et pratiques pour stériliser les PIR. Le conseil national de l’Ordre, garant de la santé publique, assumera ensuite sa mission de mise en oeuvre et de suivi de ces dispositifs.