Juxta, filiale du groupe DL Software et éditeur de logiciels dédiés aux centres de santé, a conclu un partenariat stratégique avec Allisone, spécialiste de l’analyse de radios dentaires. Grâce à l’intelligence artificielle, les deux entreprises veulent proposer aux centres dentaires « un suivi patient à haute valeur ajoutée ».

Outil d’aide à la communication, Allisone permet d’automatiser certaines tâches administratives des chirurgiens-dentistes et d’établir un plan de traitement grâce à l’analyse par intelligence artificielle des radiographies. Directement intégrée à la solution métier Desmos de Juxta, Allisone est capable de comparer et d’évaluer des millions d’images en une seconde. Elle définit ensuite un plan de traitement en prenant en compte l’historique du patient, ses antécédents médicaux ainsi que d’autres informations du diagnostic.

« Si l’intervention du praticien reste absolument nécessaire, Allisone facilite la lecture des clichés et permet au dentiste de consacrer davantage de temps à sa relation avec le patient », explique l’entreprise qui collabore depuis son lancement en janvier 2022 avec près de 80 centres dentaires et plus de 800 praticiens. Grâce à l’automatisation des tâches, elle a pour but d’offrir un gain de temps et d’établir « un plan de traitement clair et transparent ». Ce plan est par la suite intégré à la solution métier Desmos, et permet de faciliter et d’automatiser les missions administratives telles que la rédaction du compte-rendu initial, ou l’édition du devis.

Détection des lésions

Allisone détecte rapidement la pathologie et la rend visible à l’œil nu pour le patient. Avec l’IA, la solution offre une analyse instantanée des radios panoramiques qui permet la détection des lésions sur chaque dent. « Cette solution a eu un effet immédiat sur les patients qui sont aujourd’hui très réactifs aux résultats grâce à la présentation visuelle et pédagogique de la radio. Collaborer avec Allisone apporte une réelle prise de conscience de la part des patients sur la nécessité de leurs soins, ce qui n’était pas le cas au préalable », commente Romain Leger, directeur général de Juxta.

« L’intelligence artificielle n’a pas vocation à se substituer aux praticiens dentaires. Elle offre une seconde lecture qui permet de limiter les erreurs d’interprétations, de constituer le binôme dentiste – IA et de bénéficier d’une dentisterie augmentée », déclare Lionel Elbaz, PDG d’Allisone et chirurgien-dentiste.