Comment accueillerez-vous les praticiens sur votre stand après un an d’absence ?

Benoît Cauche : Plus que jamais nous voulons célébrer ces « retrouvailles » ! Nous voulons sourire, rire, et profiter du plaisir d’être ensemble à nouveau. Le Congrès de l’ADF est une fête pour tous les acteurs de la profession : chirurgiens-dentistes, revendeurs, fabricants. Nous avons tous besoin de légèreté après ces 18 mois compliqués. Notre stand aura donc des airs de fête ! Dans le respect des règles sanitaires bien entendu !

En quoi le Congrès de l’ADF diffère-t-il des autres, selon vous ?

Benoît Cauche : De tous les congrès internationaux, celui-ci a toujours eu une place à part. Le congrès scientifique est indissociable de l’exposition et c’est un vrai rendez-vous annuel de la profession. Beaucoup d’affaires se confirment durant ces journées, c’est un peu une tradition.

Comment avez-vous soutenu les chirurgiens-dentistes durant la pandémie ?

Benoît Cauche : Notre cœur de métier est d’optimiser l’ergonomie du poste de soin. Dans cet esprit, nous avons développé et commercialisé trois nouveaux produits durant la pandémie en lien direct avec la sécurité sanitaire des équipes soignantes et de leurs patients. Tout d’abord, une solution de décontamination complète des systèmes d’eau du fauteuil ICX Renew. Mais également un dispositif de captage des sprays indésirables « Troisième main » et enfin des écrans faciaux pour les soignants pour limiter leur exposition aux sprays. Ces dispositifs sont des compléments, mais notre valeur ajoutée demeure l’organisation d’un « cockpit » autour de l’équipe soignante afin de limiter au maximum les déplacements inutiles et la contamination des surfaces du cabinet lorsque l’on accède à ses instruments et/ou matériaux.

Le programme scientifique sera centré sur l’omnipratique, quel sera votre contribution ?

B.C : Il est vrai que les spécialités font souvent un peu d’ombre à l’omnipratique. Néanmoins, si celles-ci sont souvent très impressionnantes, elles reflètent en effet assez peu le quotidien des 40 000 praticiens français.

L’omnipratique est la discipline reine, celle pratiquée tous les jours dans les cabinets, et elle fait face à un grand défi : dispenser des soins de très haut niveau, avec les techniques et matériaux les plus performants et dans un temps maîtrisé. Il est normal et indispensable que la profession se concentre sur cette discipline qui englobe toutes les spécialités. L’optimisation du plateau technique, l’ergonomie et l’efficience de l’équipe soignante sont au cœur de ce défi.

Quels produits de votre gramme méritent notre attention cette année ?

B.C : Depuis plusieurs années nous apportons des solutions ergonomiques pour favoriser l’échange de l’instrumentation entre le praticien et l’assistant(e). Des tablettes viennent se positionner au cœur de l’équipe pour créer un « cockpit » de travail limitant les gestes inutiles tout en préservant la posture et l’efficacité du praticien. Ces solutions, associées à nos nouveaux dispositifs spécifiquement développés durant la période Covid, permettent de réelles améliorations de l’efficacité opératoire.

Une fois vos produits vendus, quels services proposez-vous en termes de suivi ?

B.C : Un fabricant n’est rien sans un réseau de revendeurs compétent et structuré. Si A-dec dispose aujourd’hui d’une très bonne image de marque, cela n’est pas uniquement dû à la qualité des produits et aux technologies uniques que nous utilisons. C’est aussi le résultat du travail très professionnel de nos revendeurs/installateurs qui accompagnent les praticiens dans leurs projets et tout au long de la vie du cabinet.

Architecture, suivi des travaux, décoration, conseils en ergonomie, gestion des flux, hygiène, financement, fiscalité… Les revendeurs A-dec sont au cœur des projets des praticiens.