15 chirurgiens plastiques se sont prêtés à l’expérience pendant des travaux pratiques sur des pieds de porcs sur lesquels ils devaient refermer plusieurs incisions. Deux groupes ont été formés. Le premier a opéré dans le silence, le second en musique. Le lendemain, les rôles ont été inversés. Puis ce même enchaînement a été répété une seconde fois. Résultat, « la musique améliore la vitesse d’exécution des gestes sans pour autant perdre en précision », affirment les auteurs dans la revue Aesthetic Surgery Journal. Le temps de l’incision en chanson s’est en moyenne réduit de 7% comparé aux chirurgiens opérant dans le silence.