La fermeture des remontées mécaniques dans les stations de ski a lourdement impacté l’activité des professionnels de santé libéraux installés dans les zones de montagne. Afin de compenser les charges de fonctionnement de ces derniers, le 22 mars, le gouvernement a décidé de relancer le dispositif d’aide mis en place en mai dernier. Celui-ci s’appliquera désormais à la période du 1er décembre 2020 au 30 avril 2021. Pour bénéficier d’avances mensuelles au titre des mois de décembre, janvier et février, faîtes une demande d’indemnisation en vous connectant à ameliopro.

Le calcul de l’aide se base sur un taux de charges fixes standardisé estimé par l’Assurance maladie pour la profession et des informations individuelles à renseigner. On vous demandera de déclarer le montant des honoraires sans dépassement remboursables par l’Assurance maladie perçus en 2019, le montant des honoraires à entente directe perçus cette même année, le montant des honoraires sans dépassements facturés ou à facturer au titre de chaque mois entre le 1er décembre 2020 et le 30 avril 2021 et, pour cette période également, le montant des honoraires à entente directe facturés ou à facturer. Les autres revenus (chômage partiel, indemnités journalières, fonds de solidarité), perçus ou à percevoir en parallèle sur ce même laps de temps, sont également à déclarer.

Si l’aide ne pourra être calculée précisément qu’à partir du moment où toutes les données « seront stabilisées et connue de l’Assurance maladie, d’ici à la fin de l’année 2021 », ce service permet de solliciter dès à présent des avances mensuelles sur le montant de l’aide économique. Cette avance devrait être versée dans les deux semaines suivant la demande.

L’avance ne pourra pas dépasser 80 % du montant de l’indemnisation calculée

Les professionnels de santé peuvent choisir le montant de l’avance qu’ils souhaitent obtenir en fonction de leurs besoins et de l’estimation établie via ce téléservice. L’avance ne pourra toutefois pas dépasser 80 % du montant de l’indemnisation calculée par le simulateur. Elle sera ensuite déduite du montant de l’indemnisation calculée en fin d’année. Si les montants perçus s’avéraient supérieurs à l’indemnisation totale finale estimée par l’Assurance maladie, un remboursement sera demandé.

Le 1er février, le gouvernement a annoncé que les remontées mécaniques des stations de ski resteraient à l’arrêt, dissuadant de nombreux Français de venir profiter de leurs vacances d’hiver à la montagne. « L’évolution de la situation sanitaire ne nous permet pas à ce stade de rouvrir les remontées mécaniques », a expliqué l’entourage de Jean Castex, rappelant qu’il n’y avait « pas de tendance à la réouverture générale » dans les autres pays européens non plus.

Concernant les entreprises ayant une activité « d’ingénierie, de menuiserie, ou encore de fabrication de remonte-pentes », le gouvernement a promis des aides versées par le fonds de solidarité pour « passer le choc sans précédent » de la crise sanitaire. Les commerces de matériel de ski et des activités annexes peuvent également en profiter, ainsi que des coups de pouce du plan Tourisme. Quant aux coûts fixes des entreprises du secteur de la montagne, ils devraient être pris en charge par l’État, quel que soit leur chiffre d’affaires.