La start-up GEDS vient de mettre en ligne une nouvelle plateforme web destinée aux jeunes qui envisagent de faire leurs études de santé au Portugal : Hippocrate.io. Cette plateforme centralise toutes les demandes d’admission dans les huit formations proposées par les trois universités portugaises partenaires de GEDS. Les étudiants ont jusqu’au 31 mai pour faire acte de candidature.

Hippocrate.io est un guichet unique permettant aux étudiants de savoir où en est leur candidature, de l’examen de leur dossier jusqu’à l’inscription dans l’université. 

« Les jeunes français qui veulent faire leurs études de santé hors de l’Hexagone sont perdus. Dans beaucoup de pays, les cursus qui paraissent attractifs sont de qualité médiocre et donc peu reconnus. Hippocrate.io donne accès à trois excellentes universités de santé portugaises parmi les meilleures du pays. Toutes les formations sont accréditées et répondent aux meilleurs standards internationaux », explique Gilles Belissa, fondateur et président de GEDS. 

Décider de faire ses études de santé à l’étranger est un choix le plus souvent par défaut pour les étudiants lorsqu’ils ont échoué à intégrer cette filière dans l’Hexagone. Actuellement, 2 000 Français font leurs études dans une de ses universités partenaires, précise le président de GEDS. Les candidats français ne paient pas le service fourni par la plateforme qui se rémunère via ces universités en tant qu’organisme de conseil et de gestion des candidatures internationales. 

Sélectivité à l’entrée

Les trois établissements partenaires de GEDS sont les universités coopératives Egas Moniz à Lisbonne et CESPU à Porto, et l’école universitaire Vasco de Gama à Coimbra. Elles sont accréditées EQAR (European Quality Assurance Register for Higher Education) et A3ES (Agencia de Acreditação e Avaliação das Instituições do Ensino Superior). Ces universités proposent huit formations en santé : vétérinaire, chirurgien-dentiste, pharmacien, kinésithérapeute, infirmier, ostéopathe, technicien en sciences bio vétérinaires, technicien en sciences biomédicales. 

Toutes délivrent le master intégré ou la licence de l’État portugais, des diplômes reconnus dans l’Union européenne. La sélectivité à l’entrée est forte selon GEDS qui précise qu’en 2020, sur les 6 000 jeunes français qui s’étaient portés candidats via sa plateforme, 10 % ont été admis.