Dans une étude publiée dans le journal Cell Reports, des chercheurs ont travaillé sur une enzyme appelée Mnk2 qui, dans les cellules cancéreuses mammaires, pulmonaires et coliques, est altérée. Cette protéine est impliquée dans la transmission des informations de l’environnement et du corps vers la cellule. Les chercheurs ont montré que l’enzyme Mnk2 a deux formes : une dite « normale », qui inhibe la transformation en cellule cancéreuse, et une qui, au contraire, est cancérigène. L’équipe du Dr Karni a pu mettre en évidence l’altération de Mnk2 par les cellules cancéreuses, ce qui provoque l’élimination de la forme normale de cette enzyme et l’augmentation de la forme cancérigène. Ainsi, les cellules cancéreuses peuvent survivre et croître rapidement.

En plus, les chercheurs ont découvert que la forme dite « normale » de l’enzyme active un programme de suicide des cellules lorsqu’elles sont en conditions de stress. Afin de contrer ce processus, le Dr Karni et ses collègues ont développé des molécules qui peuvent convertir la forme cancérigène de Mnk2 en sa forme normale de façon à devenir sensible au stress et à pouvoir absorber les drogues anti cancer. Cette recherche peut également mener vers un développement des biomarqueurs afin de tester la sensibilité d’un patient à différents médicaments. D’après le Dr Karni, la possibilité de déterminer si oui ou non un patient va bénéficier d’un traitement avant le début de la thérapie est d’un intérêt capital.

Son groupe de recherche est actuellement en train de développer un test diagnostic pour le marqueur qu’ils ont découvert.

Hebrew University researchers discover how tumors become resistant to drugs, and how process can be reversed to inhibit cancer growth, 28 avril 2014 -http://new.huji.ac.il/en/article/20848