Et si vous pouviez aider vos patients à se protéger de la Covid ? Selon une étude publiée le 24 mai dans le journal Clinical microbiology and infection, les bains de bouche vendus dans le commerce contenant de la ß-cyclodextrine et du citrox (bioflavonoïdes) peuvent réduire la charge virale salivaire du SARS-CoV-2 chez les adultes atteints d’une forme asymptomatique ou légère de la Covid-19.

Pour en arriver à ces heureuses conclusions, des chercheurs de l’Université de Lyon ont suivi 176 patients âgés de 18 à 85 ans souffrant d’une forme asymptomatique à légère de la Covid-19, traités en ambulatoire depuis moins de huit jours. Ils leur ont administré au hasard trois flacons de 200 ml d’un bain de bouche actif de la ß-cyclodextrine (0,1 %) et du citrox (0,01 %), appelé CDCM, ou un placebo. Dans le passé, il avait déjà été montré que ces molécules avaient une activité antivirale contre plusieurs virus.

Un bénéfice « modeste »

Les patients ont alors dû se rincer la bouche trois fois par jour pendant sept jours. Au cours de cette période, les chercheurs ont prélevé leur salive quotidiennement, à 13 heures et à 18 heures. Une fois l’expérience terminée, ils ont continué les prélèvements aux mêmes heures durant deux jours. Après quoi, pendant six jours, un échantillon a été prélevé à 15 heures. Résultats : les trois rinçages quotidiens ont réduit la charge virale sept jours après le début du traitement chez 58,62 % des adultes qui présentaient une charge virale salivaire élevée au départ. Dans le groupe placebo, la réduction était de 50,62 %, sans doute en raison de la décroissance naturelle de la maladie. En revanche, « pour un effet à long terme, le bénéfice semble limité », admettent les auteurs de l’étude.

Ainsi, « le CDCM a eu un effet bénéfique significatif sur la réduction de la charge virale salivaire du SARS-CoV-2 chez les adultes présentant un Covid-19 asymptomatique ou léger, 4 heures après la prise initiale », notent les auteurs. Toutefois, pour un effet à long terme, « le bénéfice à recommander le CDMC semble limité ». En conclusion, « le CDMC semble apporter un bénéfice modeste par rapport au placebo dans la réduction de la charge virale dans la salive ».