Saisie par le ministère des Solidarités et de la Santé, la Haute Autorité de santé (HAS) préconise, dans un avis publié le 26 mars, de « diversifier les profils des vaccinateurs, mais aussi des prescripteurs » afin de « mobiliser plus de professionnels compétents » dans la course à la vaccination nationale. Les chirurgiens-dentistes seront (naturellement) mis à contribution.

Les praticiens pourront vacciner et prescrire1 en ville, au sein de leurs cabinets. Les étudiants en deuxième et troisième cycle d’odontologie, ainsi que les chirurgiens-dentistes retraités renforceront le contingent des centres de vaccination anti-Covid.

Les modalités seront prochainement précisées dans un décret « d’urgence sanitaire ».

1 Sous réserve d’avoir « reçu une formation remplissant les objectifs pédagogiques fixés pour la formation à la vaccination des pharmaciens d’officine ».