Dans les pays industrialisés, la parodontite, ou maladie parodontale touche entre 20% et 50% des adultes. En France, 27% des 35-65 ans sont atteints d’une forme avancée de cette affliction. Non prise en charge, celle-ci peut avoir des répercussions sur l’état de santé général. Si on savait déjà qu’elle pouvait aggraver le diabète et engendrer des maladies cardiovasculaires et respiratoires, il semblerait en plus qu’elle fragilise les personnes atteintes de la Covid-19.  En effet, d’après une étude menée par la Fédération européenne de parodontologie (EFP), les personnes testées positives au nouveau coronavirus, sont au moins trois fois plus susceptibles de subir des complications si elles souffrent également de parodontite. Les résultats de cette étude sont parus le 1 er février dans le Journal of Clinical Periodontology.

Pour en arriver à cette inquiétante conclusion, les chercheurs ont examiné les cas de 568 patients diagnostiqués positifs à la Covid-19 entre février et juillet 2020. En examinant les conditions parodontales des malades grâce à des radios dentaires, ils ont pu observer que ceux également atteints d’une maladie des gencives étaient respectivement 3,5 fois et 4,5 fois plus susceptibles d’être admis aux soins intensifs et de nécessiter un respirateur. Pire encore : ils avaient presque neuf fois plus de risques de mourir de la Covid-19 que les autres.

Dans le détail, les marqueurs sanguins indiquant une inflammation dans le corps étaient plus importants chez les patients atteints de la Covid-19 souffrant d’une maladie des gencives, ont remarqué les chercheurs. Or, l’une des principales caractéristiques de la parodontite est l’inflammation des gencives. Si elle n’est pas traitée, elle se propagera dans tout le corps. La Covid-19 est elle-même associée à une réaction inflammatoire exacerbée, le fameux « orage cytokinique », qui « peut avoir une issue fatale », rappellent les chercheurs.

Attention aux bactéries buccales

« Les résultats de l’étude suggèrent que l’inflammation de la cavité buccale pourrait ouvrir la porte à une aggravation de la violence du coronavirus », résume donc le Pr Lior Shapira, président de l’EFP.

Dans leur papier, les scientifiques notent également que, chez les patients atteints de parodontite, les bactéries buccales peuvent être inhalées et infecter les poumons. Surtout chez ceux sous respirateur.  « Cela peut contribuer à l’aggravation de l’état des patients atteints de la Covid-19 et augmenter le risque de décès. Le personnel hospitalier doit identifier les patients Covid-19 atteints de parodontite et utiliser des antiseptiques oraux pour réduire la transmission des bactéries », alertent-ils.

D’autres recherches sont encore nécessaires pour mieux comprendre l’association entre parodontite et complications liées au coronavirus. Mais, « si un lien de causalité est établi, alors le maintien de la santé parodontale devient une partie importante des soins de ces patients, insistent les chercheurs, avant de conclure : Les soins bucco-dentaires devraient faire partie des recommandations de santé pour réduire le risque de graves conséquences de la Covid-19. »