Après avoir relancé à plusieurs reprises le ministère de la Santé pour être impliqués dans la campagne de vaccination contre la Covid-19, les chirurgiens-dentistes en ont enfin reçu l’autorisation de vacciner le 26 mars. Sous réserve d’avoir suivi une formation adaptée au préalable. Dans un communiqué paru le 26 avril, l’Ordre national des chirurgiens-dentistes précise les modalités de cette dernière.

Tout d’abord, rapprochez-vous de votre Agence régionale de santé (ARS) pour vous porter candidat à la campagne de vaccination. L’ARS vous renverra vers la formation théorique gratuite et en e-learning dispensée par l’École des hautes études en santé publique (EHESP). Inscrivez-vous, puis précisez l’ARS à laquelle vous êtes rattaché. Après quoi, « l’accès au module de la formation sur la stratégie vaccinale [environ 2 heures] est immédiat. L’édition de l’attestation de suivi de formation est réalisée directement sur la plateforme », indique l’Ordre.

Une fois la formation théorique terminée, vous devrez suivre une formation pratique. Celle-ci sera réalisée et validée lors de la première vaccination que vous effectuerez en centre de vaccination, sous la supervision d’un médecin, d’un infirmier ou d’une sage-femme. « L’attestation de suivi de formation est délivrée à l’issue de celle-ci. »

Quels vaccins pour qui et quels tarifs ?

Vous pourrez ensuite prescrire les vaccins « dont la liste figure aux I et II de l’annexe 6 du décret du 2020-1262 du 16 octobre 2020 », soit les vaccins Pfizer/BioNTech, Moderna et AstraZeneca, spécifie le décret du 26 mars. À l’exception des femmes enceintes, des personnes présentant un trouble de l’hémostase, des personnes ayant des antécédents de réaction anaphylactique à un des composants de ces vaccins ou ayant présenté une réaction anaphylactique lors de la première injection. Les étudiants de deuxième et troisième cycles en odontologie et les praticiens retraités peuvent également administrer le vaccin dans des centres de vaccination « en présence d’un médecin ou d’un infirmier et à condition qu’ils aient suivi une formation spécifique à la réalisation de cet acte, dispensée et attestée par un professionnel de santé formé à l’administration des vaccins ».

Concernant la rémunération, « pour les chirurgiens-dentistes libéraux ou exerçant dans un centre de santé : 280 euros par demi-journée d’activité d’une durée minimale de quatre heures et 300 euros par demi-journée d’activité effectuée le samedi après-midi, le dimanche et les jours fériés. En cas d’intervention inférieure à quatre heures, le forfait est égal à 70 euros par heure ou 75 euros le samedi après-midi, le dimanche et les jours fériés », indique l’arrêté.

« Pour les étudiants en deuxième cycle des études de médecine, odontologie, pharmacie, maïeutique, pour chaque heure d’activité : 24 euros entre 8 heures et 20 heures, 36 euros entre 20 heures et 23 heures et entre 6 heures et 8 heures, et 48 euros entre 23 heures et 6 heures ainsi que le dimanche et les jours fériés », poursuit l’arrêté. « Pour les étudiants en troisième cycle des études de médecine, odontologie, et pharmacie (pour chaque heure d’activité : 50 euros entre 8 heures et 20 heures, 75 euros entre 20 heures et 23 heures et entre 6 heures et 8 heures, et 100 euros entre 23 heures et 6 heures ainsi que le dimanche et les jours fériés. »

Enfin, les chirurgiens-dentistes retraités seront payés 32 euros s’ils vaccinent entre 8 heures et 20 heures, 42 euros entre 20 heures et 23 heures et entre 6 heures et 8 heures, et 64 euros entre 23 heures et 6 heures ainsi que le dimanche et les jours fériés.

Quid de la traçabilité

Afin de permettre le bon déroulement et le suivi de la campagne de vaccination, chaque acte d’injection devra impérativement faire l’objet d’une traçabilité via le téléservice Vaccin Covid. Ce dernier est accessible dans ameliopro par carte CPS ou par carte e-CPS sur le site vaccination-covid.ameli.fr. Cette plateforme permet de déclarer d’éventuels effets indésirables observés après l’injection. Celle-ci réalisée, le service propose en outre une synthèse de la vaccination, à imprimer et à remettre au patient. En fin de cycle vaccinal, ce bilan pourra être imprimé, signé et remis au patient. La saisie des informations dans le téléservice est rémunérée à hauteur de 5,40 € par injection. Cette somme vous sera versée mensuellement.

Au 25 avril, 21 % des Français avaient reçu au moins une dose de vaccin contre la Covid-19 et 8,5 % les deux doses, selon le ministère de la Santé. D’ici la mi-mai, le gouvernement vise 20 millions de personnes vaccinées. À la mi-juin, l’objectif est de 30 millions de personnes et d’ici la fin de l’été, tous les Français de plus de 18 ans souhaitant être vaccinés devraient pouvoir l’être.