La profession continue de rattraper son retard. D’avril 2020 à fin mars 2021, les remboursements de soins dentaires étaient seulement de -1,3%, révèle l’Assurance maladie dans son dernier bulletin, dévoilé le 4 mai. Une belle progression quand on sait qu’en février, ils étaient encore en baisse de 8,8% sur un an, souffrant encore des effets de la pandémie et du premier confinement qui avait contraint les cabinets dentaires à fermer. Comparé au mois de mars 2020, le taux de croissance est donc sans surprise de 72,7% en mars 2021. Entre le premier trimestre 2020 et celui de 2021, il est de 24,1%. Pour rappel, au mois de février, les remboursements de soins dentaires avaient augmenté de 7,4% par rapport à février 2021.

Plus globalement, au niveau trimestriel, les remboursements de soins médicaux évoluent de +10,3% entre le premier trimestre 2020 et celui de 2021. Dans le détail, au cours des trois premiers mois, les remboursements de soins de généralistes ont augmenté de 3,3% par rapport à 2020 et ceux de soins spécialisés de 8,2%. Sur les douze derniers mois, ils ont toutefois respectivement diminué de 3,9% et de 3,7%. Entre janvier et mars 2021, les remboursements de soins d’auxiliaires médicaux ont augmenté de 12,2% par rapport au premier trimestre 2020 (+1,8% sur douze mois). Parmi eux, ceux de masso kinésithérapie ont augmenté de 6,9% (-9,9% sur un an).

Les remboursements d’analyses médicales en forte hausse

Les remboursements de soins infirmiers ont quant à eux augmenté de 14,7% par rapport au premier trimestre 2020 (+9,8% sur douze mois). Cette progression s’explique par les prélèvements des tests PCR et antigéniques ainsi que les revalorisations tarifaires spécifiques, analyse l’Assurance maladie. Sur le premier trimestre 2021, les remboursements d’analyses médicales ont évolué de 123,5% (+76,9% sur douze mois), en raison de l’activité des tests Covid.

Sur le premier trimestre 2021, les versements d’indemnités journalières ont augmenté de 9,5% par rapport à la même période en 2020 et de 24,8% sur un an. En mars 2020, la mise en place des indemnités dérogatoires avait fait bondir les IJ, d’où la faible augmentation entre les trois premiers mois de 2020 et ceux de 2021.

Concernant les remboursements délivrés en ville, ils progressent de 5,5% par rapport au premier trimestre de 2020 (+3,2% sur douze mois). Enfin, les versements aux établissements augmentent de 10,4% pour les publics et de 15,3% pour les médico-sociaux, tandis qu’ils diminuent d’1,9% pour ceux de santé privés. Pour finir, les dépenses du régime général évoluent de +8,2% en rythme annuel.