L’URPS des chirurgiens-dentistes de Nouvelle-Aquitaine a diffusé les résultats d’une étude réalisée par l’IRSO (Institut inter-régions de la santé orale). 136 chirurgiens-dentistes libéraux néo-aquitains ont été interrogés entre octobre et décembre 2020 sur l’organisation et les perceptions de la pratique dentaire.

Selon les résultats de cette enquête, la pratique généraliste et d’omnipratique prédomine. L’enquête précise cependant que 31 % des praticiens interrogés déclarent un exercice spécifique. Les praticiens ont une activité moyenne équivalente à 38,5 heures de travail par semaine.

Pratique dentaire et activités cliniques

Au regard des activités cliniques, les praticiens consacrent en moyenne la moitié de leur temps (54 %) aux soins curatifs, 20 % à des soins préventifs, 13 % aux autres soins et 13 % aux consultations. Parmi les soins curatifs, les soins prothétiques et conservateurs représentent la moitié du temps d’exercice.

Volonté de travailler différemment

60 % des chirurgiens-dentistes interrogés se déclarent satisfaits ou très satisfaits de leur situation professionnelle. 43,2 % des praticiens ont cependant connu une baisse de leurs revenus en 2020. Une insatisfaction majeure concerne le niveau de rémunérations pour les soins conservateurs, endodontiques, chirurgicaux et préventifs. 93 % des praticiens expriment une volonté de travailler différemment, notamment en s’entourant de plus de personnels (15,7 %) et d’associés (12,6 %).