Indépendentaire : Pouvez-nous nous parler des dernières avancées en orthèse d’avancée mandibulaire ?

Dr Bernard Fleury : Tout d’abord, il y a un séminaire entier consacré à l’Orthèse d’Avancée Mandibulaire au congrès du sommeil avec le parrainage de la Société Française de Médecine Dentaire du Sommeil (SFMDS). Ce que l’on observe c’est, d’une part, une prise en compte de l’orthèse d’avancée mandibulaire par la communauté médicale du sommeil et, d’autre part, la reconnaissance de la nécessaire collaboration avec les odontologistes pour sa mise en oeuvre. Il existe des spécialistes dentaires formés et en particulier par le DIU Traitement Odonto Stomatologique du Syndrôme d’Apnées Obstructives du Sommeil et la SFMDS, société savante dont un des objectifs est la diffusion de la connaissance sur cette thérapie. Il s’agit d’une réelle avancée. En tant que médecin du sommeil, nous connaissons rarement le chirurgien-dentiste du patient. Pour autant, il existe actuellement une évolution dans la création de réseaux professionnels. Aujourd’hui, il se crée un réel maillage entre des spécialistes du sommeil et des odontologistes s’étant formés à cette prise en charge particulière.

Quels sont les constats qu’il est possible de faire concernant l’orthèse d’avancée mandibulaire et la Pression positive continue (PPC) ? Pression positive continue (PPC) ?

B.F. : Avant de parler d’orthèse d’avancée mandibulaire, rappelons que le traitement de référence des apnées du sommeil est la ventilation en pression positive continue ou PPC. En France, il y a actuellement 600 000 patients traités et 100 000 à 150 000 nouveaux patients par an. Et si l’on regarde de plus près les chiffres, il y a, en comparaison, moins de 10 000 orthèses d’avancée mandibulaire. Il existe donc un décalage entre les deux modes de prescriptions. La réflexion porte sur quatre points forts pour expliquer cette différence. Tout d’abord, le nombre limité d’odontologistes formés et actifs dans ce domaine. Deuxième point : pour poser une orthèse d’avancée mandibulaire, il faut respecter certaines règles : avoir des dents suffisamment nombreuses avec un parodonte sain, donc cela élimine des candidats. Troisième point : l’orthèse d’avancée mandibulaire est prescrite pour des patients qui ont un syndrome de l’apnée du sommeil léger à modéré ou bien sévère mais refusant la PPC. C’est ce qu’expliquera notamment Georges Betega, professeur de stomatologie et de chirurgie maxillo-faciale, Président de la société de stomatologie. Enfin, quatrième point qui fait également office de barrière : le coût du traitement. Aujourd’hui, pour avoir une orthèse d’avancée mandibulaire, les facteurs socio-économiques rentrent en ligne de compte. Les niveaux de revenus et d’études les plus bas bénéficient d’un traitement par pression positive continue (PPC) plutôt que par orthèse d’avancée mandibulaire plus onéreuse.

Les résultats de cette étude seront développés par le Dr Nathalie Pelletier Fleury (Inserm). Aujourd’hui, une orthèse coûte entre 600 et 800 euros mais seule une part du prix de l’orthèse elle-même est remboursée (60 % du prix unitaire situé selon le type d’orthèse entre 290 à 339 euros). Le travail du dentiste (moulages, adaptations, titration et suivi), n’est pas pris en charge par l’assurance maladie. Sur ce pointlà, il y a d’ailleurs un début de négociation entre les odontologistes et la Sécurité sociale. Les orthèses aujourd’hui agréées par l’assurance maladie ont une efficacité identique.

Dans quelle mesure l’orthèse d’avancée mandibulaire est un traitement à prescrire ?

B.F. : L’orthèse d’avancée mandibulaire est mieux tolérée que la PPC et les patients la gardent plus longtemps. Bien que moins efficace que la PPC, son utilisation plus longue pourrait amener une équivalence thérapeutique entre ces deux traitements sur la vigilance et les conséquences cardiovasculaires du SAOS. Mais aujourd’hui, nous ne pouvons pas prédire l’efficacité individuelle du traitement par OAM mais nous savons qu’elle est totalement efficace chez six patients sur 10 et partiellement efficace pour deux autres patients sur 10. Donc choisir un traitement de l’apnée du sommeil par orthèse d’avancée mandibulaire, c’est faire inexorablement un pari médical et financier. Il serait donc très intéressant de commencer par une orthèse « test » utilisant un matériel thermomodelable au cabinet du dentiste avec un coût moindre.

En revanche, il est impératif que ces orthèses tests soient posées par des professionnels qu’elles soient réglables pour permettre une titration de l’avancée efficace et qu’elles soient rétentives pour rester ancrée sur la denture toute la nuit. L’intérêt médico-économique de l’utilisation de ces orthèses thermomodelables sera développé par le Dr Timothy Quinell, pneumologue en Grande-Bretagne.

Aller au Congrès du sommeil

Le Congrès sommeil est organisé par la Société française de recherche et médecine du sommeil, et la Société de pneumologie de langue française (groupe sommeil), du 19 au 21 novembre à Nantes.

Il met en avant la nécessaire complémentarité des équipes et la transversalité de cette discipline récente. Avec plus de 2650 participants en 2014 à Lille, le Congrès du Sommeil reste l’événement de référence de cette discipline transversale et confirme sa place incontournable de lieu d’échanges et de rencontres entre professionnels de la santé, chercheurs, décideurs publics, associations de patients, prestataires de soins à domicile, industriels et fournisseurs de matériel. Le contenu du programme scientifique, pluridisciplinaire, fait une part importante aux troubles respiratoires du sommeil mais consacre également des sessions aux aspects neurologiques, psychiatriques et chronobiologique du sommeil. 4 conférences plénières, 10 symposia, un workshop de cas cliniques difficiles, une conférence de consensus, 3 symposia de recherche fondamentale sur le sommeil, 5 séances de communications orales, 10 ateliers de formation, des conférences et ateliers satellites, des réunions thématiques, la remise de plusieurs bourses et prix, plus de 70 exposants, le village Sommeil, la journée de la Société française des techniciens du sommeil. Et le mercredi 18 novembre 2015, la journée précongrès de formations médicale de la SFRMS.

Site internet : www.lecongresdusommeil.com