La fluoration du sel  est une mesure de santé publique efficace pour cibler une grande partie de la population. Elle a débuté en Suisse dans les années 40 puis a été mise en place dans une trentaine de pays, contribuant ainsi à la diminution des indices carieux de 40 % à 80 % selon les pays. Si la population laotienne bénéficie de sel iodé depuis 1995 avec le soutien de l’Unicef, elle n’a pas accès naturellement au fluor.

Le taux de fluor dans l’eau est faible et le dentifrice fluoré n’est accessible qu’à une petite partie de la population en raison de son coût, de sa disponibilité mais aussi de sa qualité variable. L’AOI, qui est présente au Laos depuis 2005 dans les domaines de la promotion de la santé, du renforcement des capacités et de l’accès aux soins, accompagne depuis 2007 la mise en place d’un projet pilote de fluoration du sel avec le plus important producteur de sel local.

Ce projet bénéficie d’un partenariat public/privé novateur instauré entre le ministère de la santé Lao, le producteur, l’AOI, l’OMS et le Groupe Salins. La production, la distribution et la commercialisation ont démarré en octobre 2010. Les résultats de ce projet pilote sont positifs avec une production de 332 tonnes de sel iodé et fluoré vendue. 90 % des échantillons de sels analysés ont une teneur en fluor adéquat et les techniques de mélange industriel répondent bien aux normes. Le Laos est le premier pays d’Asie du Sud à fluorer le sel.

Aujourd’hui, 135 000 personnes, soit 2% de la population, bénéficient de ce programme. D’ici 2015, l’objectif du ministère de la santé est d’atteindre 35 % de la population, soit 2 millions de personnes. Avec le soutien de l’AOI et des autres partenaires, ce projet sera étendu à deux nouveaux producteurs de sel en renforçant les partenariats privés/publics et en appuyant les compétences techniques de ces producteurs.

Il sera mis en place un approvisionnement opérationnel du fluor et une communication à grande échelle (TV, radio, presse) afin de faire connaître le sel iodé fluoré et ses bienfaits pour la santé bucco-dentaire. L’AOI a bénéficié d’un cofinancement de l’Agence française de développement (AFD) entre 2007 et 2011 pour ce programme et recherche actuellement des fonds pour accompagner le développement de ce projet de santé publique d’ici 2015.

Pour plus d’informations sur ce projet, rendez-vous sur www.aoi-fr.org