« Près d’un demi-million de handicapés n’auraient pas suffisamment accès, voire pas du tout à des soins bucco-dentaires » 1, déplore CoActis Santé. Dans un communiqué publié à l’occasion de la Journée mondiale de la santé bucco-dentaire, organisée le 20 mars, l’association relève le poids des « peurs » tant du côté des patients que des professionnels. « Les soins bucco-dentaires et orthodontiques sont des soins intrusifs pouvant porter atteinte à la pudeur et à l’intimité », explique-t-elle. L’association expose aussi la difficulté de trouver un praticien expérimenté, disposant du plateau technique, mais également de l’expérience pour accueillir et soigner une personne en situation de handicap…  

Accès aux soins dentaires pour tous

90 % des personnes en situation de handicap ont des problèmes de gencives contre 35 % dans la population générale 1. Les soins dentaires représentent 5,6 % de la totalité́ des soins effectués par les personnes en situation de handicap, contre 15 % en Europe, d’après l’enquête Handifaction 2.

L’association CoActis Santé s’engage depuis 10 ans en faveur de l’accès aux soins pour tous, et en particulier pour les personnes en situation de handicap. Sa mission s’appuie sur deux outils, SantéBD.org et HandiConnect.fr, dédiés aux soignants, aux patients et à leurs aidants et conçus avec des acteurs de la santé et du handicap.

1. Selon les chiffres de l’UFSBD.

2. 71 396 réponses du 1er janvier 2021 au 31 décembre 2021 – www.handifaction.fr

Un site dédié aux professionnels de santé

HandiConnect.fr, site dédié aux professionnels de santé, offre un accompagnement dans la pratique quotidienne auprès des patients en situation de handicap. Il rassemble des fiches conseils et un annuaire des formations existantes en France. Il permet en outre de poser des questions face à une situation de soin spécifique au handicap. « Les professionnels de santé sont parfois démunis face à des patients en situation de handicap. Il faut mieux les accompagner afin qu’ils retrouvent des conditions de sérénité », déclare le Dr Philippe Denormandie, co-président du comité scientifique, éthique et pédagogique de CoActis Santé.