41 % ne sont pas allés chez leur chirurgien-dentiste ces 12 derniers mois. Les résultats de l’enquête éclairent sur les raisons de ce comportement à risque et dépassent les clichés habituellement relayés. 91 % des Français disent avoir une bonne image de leur dentiste, et le taux de Français qui respectent la consultation annuelle progresse depuis 2009 (59 % contre 52 %). Toutefois, 41 % des Français ne vont toujours pas chez leur dentiste une fois par an (14 % depuis plus de 2 ans), un suivi régulier pourtant fondamental.

Contrairement aux idées reçues, la première raison de ce « rendez-vous manqué » est le sentiment de « ne pas en avoir eu besoin » (48 %), le sentiment de « non-priorité » (33 %) avant le « coût supposé d’une consultation » (33 %). Les traditionnelles raisons de non-consultation sont plus faibles : la « peur du dentiste » (29 %) et le « manque de temps » (23 %). 35 % des Français ayant consulté disent avoir déjà renoncé à des soins dentaires en raison du coût du traitement proposé.

Cependant l’étude met en évidence que derrière ce renoncement économique énoncé se cachent d’autres raisons. En effet, le manque d’implication et de motivation à débloquer le budget nécessaire aux soins explique également ces importants renoncements : 83 % des Français pourraient changer d’avis avec une proposition de soins alternatifs, 73 % avec de meilleures informations sur le reste à charge, et 63 % avec des explications sur les conséquences de la renonciation des soins sur la santé générale.