Cette association, baptisée « Médicalement autre » a un objectif simple, selon ce groupe de praticiens : « ne pas laisser de côté des gens qui n’ont pas la chance de pouvoir se faire soigner normalement et par des techniques de pointe ». Elle cible des personnes en souffrance personnelle mais aussi sociale et professionnelle, parce qu’elles ont des disgrâces faciales importantes, comme des problèmes dentaires désastreux ou des becs de lièvre et propose à ces personnes des soins esthétiques gratuits. La sélection de patients potentiels étant délicate, l’association procédera par tirage au sort sous contrôle d’huissier.

Les profils particulièrement recherchés sont ceux de personnes qui ont des problèmes d’embauche en raison de leur handicap facial et dont le « relooking » pourra entraîner une meilleure intégration. À l’issue des soins esthétiques gratuits, un suivi professionnel sera assuré et un partenariat sera mis en place avec Pôle emploi pour suivre le parcours de ces patients. L’association est présidée par le Dr Franck Amoyel, chirurgien-dentiste, diplômé de parodontie, d’implantologie et d’esthétique dentaire.

À ses côtés d’autres praticiens comme le prothésiste Christophe Hue, de Montmorency (Val d’Oise), le chirurgien-dentiste Cyril Gaillard et le chirurgien esthétique Guillaume Drossard, tous deux de Bordeaux, ainsi que le professeur parisien Armand Paranque, spécialisé dans la chirurgie maxillo-faciale. L’association va chercher à obtenir la fourniture gratuite de matériaux, notamment dentaires (céramiques, colles, résines etc.). Ivoclar est intéressé par le projet. « Notre démarche c’est donner de soi et de son savoir » a expliqué à l’AFP le Dr Franck Amoyel.

Avec bulletins-electroniques.com et www.medicalementautre.fr