24 millions d’euros de déficit prévu pour le régime complémentaire de retraite des chirurgiens-dentistes et des sages-femmes de la CARCDSF en 2021. Alors qu’en 2020, le budget de la CARCDSF était en excédent de 1,1 millions d’euros, hors aides Covid, celui de 2021 devrait être le premier où le résultat technique sera négatif, révèle Marc Bouziges, trésorier du régime complémentaire dans le magazine d’octobre des CDF. Le résultat technique d’un régime de retraite consiste en la différence entre les cotisations perçues et les prestations versées. Ainsi, les seules cotisations ne permettront pas de verser les prestations aux retraités et de financer les frais de gestion. Ces derniers ont été estimés à 2 millions pour l’année 2021. Le manque à gagner viendra donc des réserves de la Caisse.

Cependant, « selon les prévisions de performances des marchés financiers et de l’immobilier, la CARCDSF mise sur un résultat financier 2021 qui sera supérieur au déficit technique envisagé », écrit le Dr Marc Bouziges. Par conséquent, seuls les revenus générés par les réserves devraient être amputés, et non le capital. Or, ceux-ci ont été positifs « au cours des cinq derniers exercices et surtout pendant 70 ans, sur les 73 années d’existence de la Caisse ».

388,5 millions d’euros de prestations retraite versées aux praticiens

La CARCDSF gère cinq régimes : le complémentaire, le PCV (prestation complémentaire vieillesse) des chirurgiens-dentistes et des sages-femmes, et celui invalidité de ces deux professions. Chaque régime bénéficie pour ses réserves propres de l’apport de l’excédent financier au prorata de ses actifs dans le total des réserves.

Selon le budget prévu au 1er septembre, 365,9 millions d’euros concernent les cotisations des chirurgiens-dentistes et des sages-femmes. Les cotisations forfaitaires des dentistes devraient représenter 96,7 millions d’euros et celles des sages-femmes 17,9 millions d’euros. La cotisation proportionnelle des praticiens et celle des sages-femmes devraient rapporter respectivement 247 millions et 4,3 millions d’euros. Globalement, les prestations retraite versées aux deux professions devraient être de 389,5 millions. Dans le détail, 388,5 millions devraient concerner les praticiens et 1,4 les sages-femmes.