L’équipe du Dr. Manabu Kinoshita, du National Defense Medical College dans la préfecture de Saitama, a mené une étude quantitative sur des souris qui a permis de confirmer scientifiquement l’efficacité des traitements à la vitamine C contre les radiations nucléaires, et surtout de déterminer la dose et les conditions d’administration optimales pour maximiser l’effet protecteur de la vitamine C. Lors des expériences, les souris, irradiées sur l’ensemble de leur corps, meurent par perte massive de poids. Les chercheurs ont mené des tests avec des doses d’irradiation de 7 Gy, 7,5 Gy et 8 Gy. Sans traitement, les taux de survie sont respectivement de 67 %, 47 % et 0 %. Avec traitement post-irradiation (dans un délai de 24 h maximum) à une dose de 3 g/kg, les taux de survie deviennent 100 %, 95 % et 20 %. En traitant les souris avant l’irradiation, à 8 Gy, le taux de survie augmente encore drastiquement et atteint 65 %. Le dosage de vitamine C est primordial : à moins de 2 g/kg et à plus de 4,5 g/kg, aucun effet protecteur n’a été observé.

www.bulletins-electroniques.com/actualites/77958.htm