L’Anses déconseille les compléments alimentaires à base de levure de riz rouge aux femmes enceintes ou allaitantes, aux enfants, aux personnes de plus de 70 ans, aux insuffisants rénaux, aux personnes atteintes d’une pathologie musculaire, d’une hypothyroïdie non traitée ou souffrant d’une atteinte hépatique évolutive, ainsi qu’aux forts consommateurs de pamplemousse ou d’alcool. La levure de riz rouge est un champignon microscopique cultivé sur du riz cuit. Ces levures du genre Monascus produisent des monacolines, notamment la monacoline K qui présente les mêmes caractéristiques pharmacologiques que les statines. La monacoline K est commercialisée comme médicament dans plusieurs pays sous la dénomination commune internationale « lovastatine », notamment aux États-Unis, mais pas en France. En revanche, la Food and Drug Administration américaine interdit la commercialisation de compléments alimentaires à base de levure de riz rouge. L’Anses considère que le statut de ces produits « doit être clarifié au niveau européen ».

Parmi ses recommandations, l’agence conseille à la population de prendre conseil auprès d’un professionnel de santé avant de consommer ces produits. Elle rappelle aux professionnels de santé que ces compléments alimentaires ne sont pas une alternative à un traitement médicamenteux hypocholestérolémiant et qu’ils ne doivent pas être consommés avec une statine.

Avec APM