« Mieux comprendre pour mieux agir. » C’est avec cette volonté que Parogencyl a mis en place sa nouvelle plateforme Mes gencives et moi à destination du grand public. « Les dentistes remettent des cartes à leurs patients avec un QR code renvoyant vers la plateforme», ont expliqué les représentants de la marque lors d’une conférence de presse organisée autour d’un petit déjeuner au Métropolitan (Paris 16) début décembre. Cette plateforme, qui a pour objectif « d’aider les dentistes à aider leurs patients », est constituée d’un questionnaire permettant d’évaluer les facteurs de risque de chacun et d’une sélection personnalisée de modules qui lui sera ensuite proposée en fonction de ses réponses.

« Pour un dentiste, la prévention est essentielle. En France, ce n’est pas rémunéré, pas codifié. Les dentistes savent qu’ils doivent le faire, ils le font la plupart du temps mais c’est difficile car ça prend du temps. En France, on est pas les champions du monde de la prévention dans la santé », déplore l’équipe pour expliquer l’origine du projet. Et si les patients peuvent trouver des tonnes de renseignements sur ce qui pourrait constituer des facteurs de risque pour leur santé bucco-dentaire et plus particulièrement leurs gencives, « c’est très compliqué de s’y retrouver, c’est dense et touffu ».

C’est pourquoi, Parogencyl explique avoir eu l’idée « avec les dentistes, de proposer quelque chose de simple qui permet aux patients de comprendre, d’identifier leurs propres facteurs de risque de la santé gingivale. Et une fois qu’ils sont identifiés, d’avoir accès à des modules pour agir en fonction. On a fait ce travail avec des parodontologistes. On a voulu avoir une approche experte, particulièrement précise. »

Tabacologue, psychologue spécialiste du stress, diététicienne…

La plateforme propose articles, podcasts et vidéos pédagogiques. « Nous avons trois vidéos sur l’hérédité, l’hygiène dentaire, le facteur de risque numéro un, et sur l’alimentation. On a également trois articles sur les liens entre diabète et gencives, âge et gencives, grossesse et gencives. Neuf modules en tout, diffusés sur trois formats. » Les modules seront proposés de façon personnalisée, en fonction des résultats du patient au questionnaire. En se rendant sur le site, ce dernier sera invité à répondre à une série de douze questions sur ses habitudes alimentaires, de brossage, ou d’activités physique.

« Nous avons voulu faire des choses de qualité en essayant de s’entourer d’experts qui soient capables de donner des conseils concrets pour agir. Pour parler du tabac, nous avons travaillé avec un psychologue spécialiste de l’addiction pour donner des conseils liés au tabac. Le stress étant un facteur de risque, nous avons échangé avec un psychologue du stress. Une mauvaise alimentation pouvant également être un facteur de risque, nous avons échangé avec une diététicienne », développe la marque. Mais d’insister sur le fait qu’il ne s’agit absolument pas de culpabiliser, bien au contraire. « Nous essayons toujours de garder un ton bienveillant. Nous voulons être à côté du patient pour l’aider. »

Des conseils très concrets pour les patients

Les modules sont sous-titrés pour pouvoir être lu n’importe où. Dans la vidéo Hygiène bucco-dentaire et gencives, une dentiste souriante, le Dr Mathilde Jalladaud, rappelle à une de ses patientes que « c’est mieux quand les brins sont souples car c’est plus efficace ». Elle conseille donc à la jeune femme une brosse à dents souple. S’en suivent de nombreuses recommandations concrètes : « Quand vous essayez une brosse à dents, préférez une petite tête, pas une tête trop longue. Sinon vous ne pourrez plus accéder aux dents du fond. Et quand vous vous brossez les dents, n’ouvrez pas trop grand. Auquel cas, les muscles viendront se plaquer et le fond sera moins bien nettoyé. »

Après quoi, la praticienne demande à sa patiente de lui montrer comment elle se brosse les dents afin de mieux l’aiguiller. La jeune femme se brossant les dents dans un mouvement très horizontal, le Dr compare ce dernier à une lime à ongle qui risquerait à terme d’abimer les gencives. Elle l’encourage plutôt à pratiquer un mouvement horizontal et à ne pas appuyer trop fort pour ne pas que les poils se courbent. Elle parle alors de rotation du poignet. « On appelle cette technique la technique du rouleau car on va venir effectuer un mouvement de rouleau sur les dents. L’idée est de passer cinq à huit fois par dent pour que ça soit bien efficace et que ça détache bien la plaque dentaire. Il ne faut pas non plus oublier les surfaces des dents plates qui mastiquent. » La jeune femme montre également comment se servir d’une brossette interdentaire ou encore de fil dentaire.

« La vidéo est courte mais il y a suffisamment de contenu pour donner des petits conseils que le patient pourra appliquer ensuite », se félicite Parogencyl.

Autre exemple : dans la vidéo Alimentation et gencives, le Pr Marjolaine Gosset, professeure des universités en parodontologie à l’université de Paris et praticienne hospitalière, échange avec la diététicienne Alice Legrand. Cette dernière explique comment l’alimentation est liée à la santé gingivale. La vidéo a pour but de faire comprendre au patient quelles habitudes alimentaires peuvent poser problème et comment y remédier afin d’avoir une meilleure santé bucco-dentaire.

Si cette plateforme vous intéresse, sachez qu’en plus de la carte QR code à donner à vos patients, Parogencyl proposera aussi aux praticiens des « affiches pour la salle d’attente au cabinet dentaire » sur lesquelles s’afficheront également le fameux QR code. La marque prévoit également de lancer des campagnes de publicité dans la presse et des présentoirs en pharmacies. Enfin, elle compte sur le concours de ses ambassadrices via les réseaux sociaux, comme par exemple la candidate de télé-réalité Jesta Hillmann, qui compte 1,5 million d’abonnés sur Instagram. « Dans les prochaines semaines, on passera par le biais de nos influenceuses. Ces dernières inciteront leur communauté à tester la plateforme sous forme d’un jeu concours avec des lots à gagner par tirage aux sorts ». À suivre…