C’est pourtant ce qui nous est raconté, pour s’être produit dans une petite ville de la république d’Irlande. L’affaire est décrite de la sorte : en fin de traitement, le praticien (d’un centre dentaire public) récupérait les dispositifs et les revendait à un cabinet privé qui réadaptait des blocs de Robin, des écarteurs ou des plaques de Hawley (il n’est pas fait mention de la réutilisation de brackets ni de bagues !).

Bizarrement, l’article met en cause le revendeur, mais pas l’acheteur. Le premier nommé aurait procédé de la sorte plusieurs années, avant d’être démasqué : entre-temps, il se serait installé au Royaume-Uni.

Roscommon Herald, 28 nov., 2013 Dentist who traded braces worked in Rosscommon