Évalué à 28 milliards de dollars, soit environ la moitié de la dépense intérieure de R&D en France toutes disciplines confondues, ce manque de robustesse dans l’expérimentation serait la résultante d’une conjonction de quatre facteurs d’instabilité : la conception de l’étude, les protocoles en laboratoire, les réactifs biologiques et l’analyse des données. Même si le mode de calcul proposé par cette étude est jugé lui-même peu fiable, l’incapacité à reproduire de façon robuste certaines expériences scientifiques reste un problème assez répandu : réduire cette instabilité permettrait non seulement d’économiser de précieux budgets de recherches, mais également de trancher certaines conjectures scientifiques pour le moment indécidables. De tels points de frustration (les fameux « pain points ») servent souvent de germes d’innovation, c’est pourquoi on ne s’étonnera pas de voir un nombre croissant de startups investir ce champ, toutes désireuses de rendre la R&D plus robuste et les résultats d’expérimentations mieux reproductibles.