Ce que nous mangeons peut avoir un effet direct sur la façon dont nous nous sentons et comment notre cerveau et notre corps réagissent. C’est en partie à cause du nerf vague ou nerf pneumogastrique qui fournit une connexion directe entre l’estomac et le cerveau. Il est impliqué dans tous les aspects de la signalisation de l’intestin vers le cerveau. Si une mauvaise bactérie se développe dans l’estomac, le nerf vague permet de transférer une impression de nausée et de malaise. La question se posait alors de savoir si les bonnes bactéries pouvaient affecter le cerveau par ce nerf. Et la recherche a montré de façon concluante que oui, certaines bactéries probiotiques peuvent réduire le stress.

Les souris nourries avec des probiotiques Lactobacillus rhamnosus JB-1, présentent moins de stress, d’anxiété et de dépression par rapport aux souris nourries avec du bouillon. L’ingestion de la bactérie a diminué les niveaux de l’hormone de stress corticostérone. Elle a aussi changé l’action du GABA, ou acide gamma-butyrique, une substance chimique naturelle du cerveau agissant directement sur les nerfs pour juguler l’activité.

La découverte pourrait avoir des implications importantes dans le traitement de l’anxiété et la dépression humaines. Le professeur Cryan est désireux de commencer les essais humains, dans la mesure où ces probiotiques sont déjà connu pour être sans danger pour la consommation, et qu’il pourrait aider à traiter les troubles psychiatriques, sans l’usage de médicament.

Avec bulletins-electroniques.com