De jolis chiffres. Afin de minimiser le biais instauré par l’atypique année 2020, l’Assurance maladie a procédé à un calcul comparatif entre le niveau d’activité de soins dentaires de 2019 et celui de 2021. Le solde est positif avec 5,8 % de croissance constatée, révèle la Cnam dans son dernier rapport paru le 20 juillet. Pour le seul mois de juin 2021, par rapport au mois de juin 2020, les dépenses enregistrées ont progressé de 2,3 %.

Concernant les six premiers mois de 2020 et ceux de 2021, les dépenses de soins dentaires ont augmenté de 47,8 %. Sur l’année, l’évolution est de 25,3 %. Pour rappel, en mai, les remboursements de soins dentaires avaient progressé de 75,2 % par rapport au mois de mai 2020 post-confinement.

Plus globalement, les remboursements de soins de médecine générale et spécialisés ont respectivement évolué de + 7,5 % et de + 24,2 % par rapport aux six premiers mois de 2020 et de + 2,2 % et + 13,5 % sur les douze derniers mois. De janvier à juin 2021, les remboursements de soins d’auxiliaires médicaux progressent de 24,3 % par rapport aux six premiers mois de 2020 (+ 15,5 % sur douze mois). Parmi eux, les soins de masso-kinésithérapie évoluent de + 42,1 % (19,5 % sur un an). Les remboursements de soins infirmiers progressent quant à eux de + 14,8 % par rapport aux six premiers mois de 2020 (+ 12,8 % sur douze mois). Cela s’explique par les prélèvements des tests PCR et antigéniques ainsi que par des revalorisations tarifaires spécifiques, explique l’Assurance maladie.

Sur les six premiers mois, les remboursements d’analyses médicales ont augmenté de 134,2 % (+ 115,6 % sur douze mois) « portés par l’activité de tests Covid ». Les remboursements de transports et de médicaments délivrés en ville progressent  respectivement de 23,0 % et de 12,0 % (+ 8,3 % et 8,7 % sur douze mois).

Un recours aux soins perturbé

Pour finir, sur les douze derniers mois, les versements aux établissements évoluent de + 12,3 % pour les établissements publics, de + 20,2 % pour les établissements de santé privés ; + 17,6 % pour les établissements médico-sociaux. En tout, les dépenses du régime général progressent de 13,5 % en rythme annuel.

« Les remboursements et les évolutions présentés dans ce communiqué de presse concernent les soins et prescriptions des affiliés au régime général et ceux des anciens affiliés au régime des indépendants (RSI). Pour ce faire, pour 2019, les remboursements de soins des anciens affiliés du RSI ont été “ajoutés” à ceux du régime général. Depuis janvier 2020, la totalité des remboursements des anciens affiliés du RSI sont intégrés dans les chaînes statistiques et comptables du régime général », rappelle l’Assurance maladie. « La crise sanitaire et les mesures associées pour y répondre dont celles sur le confinement mises en place à partir du 17 mars 2020 ont considérablement perturbé le recours aux soins à partir de mars 2020 », est-il également précisé.