Selon les données dévoilées par l’Assurance maladie le 22 juin, au mois de mai 2021, les remboursements de soins dentaires ont progressé de 75,2 % par rapport au mois de mai 2020. Il y a un peu plus d’un an, après une rupture brutale de l’activité, les cabinets venaient à peine de redémarrer…

Dans le détail, au cours des cinq premiers mois de l’année 2021, les remboursements de soins dentaires ont progressé de 63,2 % par rapport à 2020. Sur les douze derniers mois, d’avril 2020 à mai 2020, l’évolution est de 26,7 %. Pour mettre en perspective les niveaux d’activité de soins, très perturbés par la pandémie, et les rendre plus aisément interprétables, l’Assurance maladie a calculé un taux de croissance annuel moyen insérant les résultats de 2019. Ainsi, le biais engendré par 2020 est minimisé. Une fois cette nouvelle méthode de calcul prise en compte, le taux ressort à + 5,6 %.

Les remboursements d’analyses médicales explosent

Les dépenses de soins de médecine générale progressent de 9,5 % par rapport à 2020 (+ 2,3 % sur un an) et ceux des spécialistes de 28 % (+ 12,5 % sur les douze derniers mois). Au niveau global, les remboursements de soins de ville augmentent de 18,2 % sur les cinq premiers mois, et de 12,3 % sur les douze derniers mois.

Sur les cinq premiers mois de 2021, les remboursements de soins d’auxiliaires médicaux progressent de 26,7 % par rapport à la même période en 2020 (+ 14,1 % sur douze mois). Parmi eux, ceux de soins de masso kinésithérapie évoluent de + 46,8 % (- 16,1 % sur un an). Les remboursements de soins infirmiers augmentent quant à eux de 15,9 % par rapport aux cinq premiers mois de 2020 (+ 12,3 % sur douze mois). « La forte augmentation des infirmiers est explicable par les prélèvements des tests PCR et antigéniques et de revalorisations tarifaires spécifiques », analyse l’Assurance maladie.

Également en raison de l’activité des tests Covid, les remboursements d’analyses médicales évoluent de + de 156,2 % sur les cinq premiers mois de l’année (+ 113,9 % sur douze mois). De janvier à mai 2021, les versements d’indemnités journalières ont, elles, baissé de 14,5 % par rapport à la même période en 2020 (+ 0,3 % sur douze mois). « La mise en place des indemnités dérogatoires (principalement garde enfant et personnes fragiles) avait fait bondir les indemnités journalières dès le mois de mars 2020, expliquant la baisse entre les cinq premiers mois 2020 et 2021 », commente l’Assurance maladie.