Un constat assez alarmant. D’après une enquête réalisée par la marque Gum, spécialisée dans les soins bucco-dentaires, seuls 50 % des Français se brosseraient les dents deux fois par jour. Par ailleurs, ils ne sont que 33 % à se nettoyer la langue au passage et 16 % à utiliser régulièrement du fil dentaire. Parmi les justifications évoquées pour ne pas se brosser les dents matin et soir, les sondés disent oublier (32 %), aller directement se coucher (21 %), être pressés (18 %) ou malades (17 %).

On apprend également que 28 % des Français ont des dents sensibles au chaud et au froid. 23 % souffrent de caries et 11 % estiment qu’ils ont mauvaise haleine. « 16 % des répondants déclarent également souffrir de problèmes de gencives. Ce faible chiffre comparé aux autres pays européens reflète la méconnaissance des Français autour des saignements gingivaux, qui sont pourtant le signe d’une vraie maladie bucco-dentaire », expliquent également les auteurs du sondage.

Peu de boissons sucrées et de collations

Mais cette enquête met toutefois en lumière quelques bons réflexes. Ainsi, 50 % des sondés essayent d’éviter les collations et les boissons sucrées pour prendre soin de leurs dents tandis que 24 % sont au courant du lien entre le diabète et la santé orale. On apprend également que 28 % des Français ont des dents sensibles au chaud et au froid. 23 % souffrent de caries et 11 % estiment qu’ils ont mauvaise haleine. Quant à la fréquence des rendez-vous chez le dentiste, 34 % des Français assurent s’y rendre deux fois par an.

Il y a quelques années, un sondage réalisé par Harris Interactive pour Colgate dévoilait que trois Français sur dix se brossaient les dents une seule fois par jour, surtout les 15-24 ans. D’après l’UFSBD, ces mauvaises habitudes auraient pu être renforcées par la pandémie et notamment le télétravail. Car quand ils restent chez eux, les gens ont tendance à se contenter du « brossage du dimanche ». « Il y a en règle générale un moins bon brossage le dimanche. Le rythme n’est pas le même, les gens traînent, sont moins pressés. Il se peut que le brossage du matin passe à l’as », explique le Dr  Christophe Lequart, chirurgien-dentiste et porte-parole de l’UFSBD, au Dauphiné Libéré.