Les praticiens peuvent faire d’une obligation contraignante de la DGS un outil de communication de la sécurité sanitaire de leur cabinet. La pratique de la stérilisation sera ainsi en assurance qualité règlementaire.

Objectifs

  • Permettre la réalisation d’un dossier de traçabilité de stérilisation complet conforme aux exigences de la Direction générale de la santé (DGS) rassemblant la traçabilité du déroulement du cycle de stérilisation donnée par le stérilisateur, l’enregistrement et la composition de la charge réalisée par un opérateur identifié et la traçabilité d’utilisation par report des informations dans la fiche patient le jour de l’acte.
  • Mettre à jour les connaissances des praticiens pour pouvoir manager une délégation à ses assistantes de la réalisation simple des opérations. Amener ainsi la sérénité du processus au sein du cabinet.
  • Connaître des solutions et utiliser les nouveaux outils de traçabilité présents sur le marché. Présentation du support informatique universel e-stericode : application informatique compatible avec tous les logiciels métier et toutes les marques de stérilisateurs.

Déroulement

1. Rappel détaillé des conformités demandées en cas de contrôle par les ARS en 2021

  • Sur la traçabilité des cycles de fonctionnement des stérilisateurs. Les stérilisateurs, normes, connectivité, accessoires et cahier de maintenances.
  • Sur la traçabilité de la réalisation par les personnels. Les tests de routine, les tests Prion, les différents types de conditionnements : sachets, papier crêpé, conteneurs…
  • En fin de cycle, la validation paramétrique d’une charge selon la norme européenne EN 17 665 de libération d’une charge.
  • Réalisation de l’enregistrement complet d’un cycle et son archivage.
  • Validation de la date limite d’utilisation (DLU) des lots stérilisés en fonction de leurs types de conditionnement et de leurs lieux de stockage.
  • Valeurs données par la norme AFNOR EN 868.
  • Marquage « recommandé » avec les indications nécessaires sur les étiquettes permettant la traçabilité des lots stérilisés : date de la stérilisation, numéro du cycle et du stérilisateur, date limite d’utilisation (DLU), etc.

Stockage et archivage de tous les enregistrements :

  • sur la traçabilité d’utilisation : avec ses deux niveaux,
  • sur la traçabilité au cycle : étiquette code à barres (Fig.1) qui vient du stérilisateur indiquant après lecture dans la fiche patient (Fig.2) le numéro de série du stérilisateur et le numéro du cycle.
Fig.1.
Fig.2.
  • sur la traçabilité au lot : permet un report complet, par lecture optique d’un code Datamatrix (Fig.3), de toutes les informations réglementaires.
Fig.3.

2. Principes de réalisation et apport d’un dossier traçabilité (Fig.4) en cas de demande

Le premier échelon est la réponse verbale qui permet d’impliquer l’assistante dans la connaissance et l’expression des principes d’hygiène et d’asepsie du cabinet. Ensuite, la réponse aux injonctions des organismes pour une mise en conformité de la réalisation et de la traçabilité complète des opérations obligatoires.

Fig.4.

Formation de 4 heures dispensée par le Dr Jean-Marc Gabet, chirurgien-dentiste et créateur d’e-stericode. Public groupe en webinaire.

CQO

Tél. : 04 27 11 85 26

secretariat@cqo-dentaire.fr

www.bycqo.com