Yotam Bar-On, doctorant en immunologie et cancérologie à l’Université hébraïque de Jérusalem explique que dans le passé, il a été démontré que lymphocytes NK (pour Natural Killer, « tueur naturel »), qui appartiennent au système immunitaire normal du corps humain, peuvent éliminer les cellules infectées par le virus influenza. Reste cependant un problème : les virus de la grippe ont un mécanisme de résistance à l’immunité qui est réglé par la protéine neuraminidase (NA). NA contre-attaque la reconnaissance par NKp46 des cellules infectées et réduit sa capacité à les éliminer. L’étude conduite par Yotam Bar-On a montré, pour la première fois, que des inhibiteurs de NA stimulent la destruction via NKp46 des cellules infectées.

Après plusieurs recherches dans la composition peptidique de NA, le jeune scientifique israélien a pu développer des anticorps capables de se lier à NA et de l’empêcher d’agir. Ce travail devrait déboucher sur des traitements nouveaux et plus efficaces, qui à la fois cibleront NA et stimuleront le processus de destruction réglé par NKp46.

Avec bulletins-electroniques.com