C’est ainsi qu’on apprend qu’une adepte de cette manie, qui avait reçu une prothèse du genou avait sollicité de façon intempestive sa gencive. Il en était résulté une septicémie qui avait, après analyse, envahi son articulation de streptocoques (1). C’est que si le confort de l’usage de ce fil l’a rendu populaire dans certains pays, la généralisation de son usage est loin d’être universel, d’autant que des parodontistes ne sont pas convaincus de son innocuité vis-à-vis de l’attache.

Un très récent papier le déconseille même formellement lorsqu’ont été mis en place des implants, au risque de provoquer des périimplantites, par tassement du tissu contigu. Avec utilisation en remplacement, des brossettes interdentaires ou des cure-dents, bien moins agressifs sur ce chapitre. Le destin de ce fil ne demeurera-il que d’être un outil d’appréciation de la qualité des points de contact en prothèse fixée ?

(1) PTI, New York| 25 aout, 2015, US woman gets knee infection due to vigorous tooth flossing). (2) Van Velsen et coll,Clin Oral Implants Res. 2015 Aug 11. doi: 10.1111/clr.12650. [prépublication] Dental floss as a possible risk for the development of peri-implant disease: an observational study of 10 cases.