DPC : très forte hausse des inscriptions de chirurgiens-dentistes en 2021

En un an, + 86,9 % de praticiens se sont inscrits à au moins une action de DPC, révèle l'Agence nationale du DPC dans son bilan annuel, dévoilé le 8 février.

Par la rédaction, publié le 11 février 2022

« Une relative reprise de la dynamique de l’activité de DPC malgré les impacts de la crise sanitaire ». Tel est le principal message de l’Agence nationale du DPC (ANDPC) qui a présenté son bilan annuel le 8 février. D’après le rapport, fin 2021, 242 575 professionnels de santé avaient créé un compte personnel (sur un potentiel de 443 965 personnes selon la Drees). Au cours de l’année, 156 943 se sont inscrits à au moins une action de DPC, soit une hausse de 7 % par rapport à 2020. Cette hausse des inscriptions est d’autant plus forte pour les chirurgiens-dentistes. Ils sont en effet + 86,9 % à s’être inscrits, soit 12 122 contre 6 861 l’année précédente. Pour rappel, le potentiel global est de 42 031 praticiens.

En fin d’année, l’Ordre avait annoncé qu’il s’apprêtait à commencer à vérifier l’obligation triennale de DPC des chirurgiens-dentistes pour 2017-2019. Car les praticiens doivent suivre deux actions de types différents sur trois ans.  « Si une certaine “compréhension” peut-être de mise pour la période triennale passée, elle ne le sera plus pour période actuelle 2020-2022 qui sera, elle, analysée dès 2023 », alertait alors l’Ordre.

En tout, 495 organismes dûment agréés peuvent dispenser des formations pour les dentistes. En 2022, la profession disposera d’un budget de 9,3 M€ sur un total de budget de 191,9 M€ pour l’ANDPC. C’est bien plus qu’en 2020, où, selon le rapport dévoilé par l’Agence en juillet 2021, les montants associés aux praticiens s’élevaient à 6 160 077 € soit 2,6 % du total des sommes engagées pour toutes les professions de santé confondues. Cette année-là, pour les praticiens, 41,9 % des actions publiées étaient monoprofessionnelles et 58,1 % pluriprofessionnelle. 78,6 % des inscriptions effectuées concernaient la première catégorie et 21,4 % la seconde et c’est l’orientation « Approches préventives et thérapeutiques en dentisterie conservatrice » qui avait obtenu le plus grand succès.

Les instances de l’Agence ont été renouvelées

Autre enseignement important de ce nouveau rapport : l’appétence du distanciel se confirme.  « Initié en 2020, le recours à des actions dispensées en non présentiel s’est confirmé, puisque près des deux tiers des inscriptions observées en 2021 ont porté sur ce type d’actions alors même qu’elles ne représentent qu’une faible part de l’offre globale », est-il expliqué.

Par ailleurs, les instances de l’Agence ont été renouvelées. Concernant les chirurgiens-dentistes, Nicolas Goossens (FSDL) devient le président de la section. Cette dernière intervient surtout dans les modalités de prises en charge des actions de DPC. Didier Griffiths et Serge Armand sont quant à eux respectivement élus président et vice-président de la Commission scientifique indépendante des chirurgiens-dentistes. Celle-ci a pour mission d’évaluer la qualité scientifique, pédagogique et méthodologique des actions de DPC.

Enfin, pour ce qui est des perspectives du dispositif, ce dernier est « régi par un rythme de fonctionnement triennal », rappelle le rapport. Il s’appuie « sur des orientations prioritaires de santé publique prises par arrêté des ministres des Solidarités et de la Santé et des Armées ».  « Celles qui structurent actuellement la démarche expireront à la fin de l’année et seront remplacées par de nouvelles (2023- 2025), lesquelles seront rendues publiques par arrêté mi 2022. »