Son grand écran tactile permet, entre autres, d’utiliser le « ScanManager ». Son maniement est encore plus simple et agréable que les modèles précédents. L’écran permet d’utiliser le « ScanManager » qui améliore le flux du travail au sein du cabinet. La flexibilité est facilitée grâce à la possibilité de travailler avec la Wifi et sans ordinateur.

Le scanner accepte tous les formats intra-oraux : tailles 0 à 4. Les utilisateurs peuvent également connecter simultanément plusieurs postes de travail à l’appareil sans que celui-ci soit bloqué par une salle de soins. Si nécessaire, on peut aisément lancer ou terminer des actions via le « ScanManager ».

On peut aussi utiliser le scanner sans ordinateur ni réseau. Les clichés sont alors stockés dans la mémoire interne et importés dans la banque de données après connexion au réseau du cabinet. Le scanner peut également être utilisé comme solution mobile lors de déplacements, par les organisations humanitaires et les institutions pour personnes âgées. Les radiographies ainsi que les données du patient sont affichées sur le grand écran en cas de travail sans ordinateur.

Les utilisateurs peuvent utiliser l’écran tactile avec la main ou un stylet. De nombreuses fonctions de traitement d’image telles que les agrandissements, les contrastes et la luminosité peuvent être modifiées directement sur l’appareil. Le processus radiographique avec les écrans à mémoire est le même que celui de la radiographie argentique. Seule différence : des écrans souples sont utilisés à la place des films argentiques. Les écrans se positionnent aisément dans la bouche du patient et sont rapidement numérisables. L’utilisation intuitive simplifiée facilite considérablement le passage au numérique pour les dentistes et les orthodontistes qui travaillaient jusqu’à présent avec des films argentiques

Témoignage du Dr Vincent DERVISSOGLOU (69)

Une utilisation nomade

J’utilise ce produit depuis janvier 2014. Avant, je me servais d’un capteur Kodak RVG Série 6 000. J’ai décidé de changer à cause d’une panne du capteur au bout de six ans : le fil était sectionné. Je trouve de nombreux avantages à ce nouvel outil :

• Qualité de l’image fournie.
• Pas de fil.
• Film intra-buccal.
• Faible utilisation des angulateurs.
• Maintenance réduite de l’appareil.

J’ai été séduit par le concept car l’écran permet une utilisation nomade de l’appareil dans une salle de chirurgie par exemple. De plus, l’image fournie est d’une qualité exceptionnelle. Je le recommande à mes confrères.

Témoignage du Dr Amandine PARA (75)

Plusieurs tailles de film intra-oral

J’utilise ce scanner depuis deux mois, lorsque j’ai pris la décision de passer à la radiographie numérique sur plaque au phosphore. Précédemment, je réalisais des radiographies rétroalvéolaires numériques sur capteur RVG connecté à mon ordinateur. La restitution des radios était faite par un logiciel de radiographie dentaire.

Plusieurs motivations m’ont amenée à ce choix :
• La principale est que les capteurs sur plaque au phosphore me permettent de disposer de plusieurs tailles de film intra-oral.
• La seconde, est la qualité du rendu radiographique sur l’ordinateur qui rappelle les clichés argentiques.
• La dernière est que le développeur est installé en réseau Wifi avec tous les postes du cabinet et peut être déclenché à distance avant d’y placer le film. Le cliché est visible sur la machine et sur l’ordinateur. Plusieurs avantages peuvent être soulignés :
• Notamment en pédodontie où les tailles standard (en général taille adulte) ne sont pas évidentes à positionner et maintenir en bouche. Il existe des tailles allant de la taille pédo 0 à la taille adulte 2, utiles pour les Bite Wing. Une taille de cliché occlusal (plus grande) est aussi disponible.
• La définition de l’os et des structures dentaires est très appréciable.
• L’absence de fil électrique relié au capteur permet l’utilisation d’un angulateur radiographique classique. Il existe même des angulateurs spéciaux pour l’endodontie lorsqu’on travaille sous digue.

L’inconvénient majeur est de courte durée et ressenti surtout au début de l’utilisation, quand on est habitué à la radiographie RVG classique : l’apparition du cliché n’est pas instantanée sur l’ordinateur, il faut placer le film dans la machine et attendre 15 secondes.

Il arrive également que la machine se bloque si on ne met pas le cliché correctement, mais ces aléas du début disparaissent avec l’habitude. La prise en main doit aussi se faire par les assistantes car ce sont elles qui assurent le développement dans la plupart des cas. À l’avenir, il sera peut être possible d’avoir un développement plus rapide… mais pour l’instant je ne vois pas grand-chose à modifier.

Témoignage du Dr Catherine COULOMBEL (60)

Un réel confort de travail

J’utilise donc l’appareil depuis peu, début janvier 2014, et j’en suis contente car il est simple à manipuler et facile d’accès pour moi qui ne suis pas informatisée au cabinet. J’utilisais auparavant l’argentique et j’avais envie de quelque chose de plus pratique et de plus précis sans partir dans un système trop compliqué à mettre en place par rapport aux 35 années de travail à l’argentique. Ce système m’a fait sauter le pas… c’est un réel confort et il prend peu de place mais j’ai encore beaucoup de choses à découvrir sur ses possibilités.