Depuis des décennies le collage des surfaces de vitrocéramique se faisait en deux étapes : un mordançage à l’acide fluorhydrique suivi d’une silanisation. Outre le long temps de mise en oeuvre, la principale difficulté inhérente à cet ancien protocole réside dans la nécessité d’utiliser l’acide fluorhydrique.