display banner v2 academic

L'intelligence artificielle pour détecter l'inflammation gingivale

Des chercheurs ont étudié l'apport de l'intelligence artificielle dans le diagnostic précoce des gingivites.

Par Agnès Taupin, publié le 16 juin 2023

L’intelligence artificielle pour détecter l’inflammation gingivale

Une étude menée par des chercheurs de la faculté dentaire de l’université de Hong Kong s’est penchée sur l’apport de l’intelligence artificielle (IA) dans la détection de l’inflammation gingivale à partir de photographies intrabuccales. Selon les chercheurs, la technologie de pointe peut révolutionner la détection et la prévention précoce de maladies buccales et systémiques liées à l’inflammation gingivale, comme la perte de dents, les maladies cardiovasculaires et le diabète.

L’étude publiée dans l’International Dental Journal montre que les algorithmes de l’intelligence artificielle peuvent analyser les photographies intrabuccales de patients pour détecter des signes de l’inflammation comme la rougeur, le gonflement, le saignement le long de la marge gingivale avec plus de 90 % de précision qui correspond à l’examen visuel d’un chirurgien-dentiste.

Données d’images de gencives

L’étude a testé un modèle d’IA utilisant des données de plus de 567 images de gencives avec des degrés variés d’inflammation. C’est l’une des premières à explorer l’utilisation de l’IA dans la détection de l’inflammation gingivale. Elle a été conduite conjointement par des chercheurs de la faculté dentaire de Hong Kong, le département informatique du Hong Kong Chu Hai College, la School of Information Engineering de l’université de technologie de Guangdong et la faculté dentaire de l’université nationale de Malaisie.

L’intelligence artificielle pourrait identifier des sites spécifiques avec et sans inflammation gingivale, avec une sensibilité et une spécificité élevées qui sont à égalité avec l’examen visuel par un dentiste humain. Ce système peut être utilisé pour surveiller l’efficacité du contrôle de la plaque des patients “, concluent les auteurs de l’étude.