« Nous ne voulons pas gâcher le plaisir, mais il est important que les parents et les responsables d’enfants soient conscients du risque de brûlure causé par les sucettes acidulées. » En Australie, juste avant les vacances de Pâques, le service de sécurité et de premiers secours CPR Kids a interpellé le grand public sur Facebook après qu’un enfant s’est dangereusement blessé en mangeant des bonbons. Le message de prévention est accompagné d’une photo d’un petit garçon à la langue complètement brûlée.

« Les emballages des bonbons acidulés stipulent souvent que les enfants de moins de 4 ans ne doivent pas manger ces sucreries et que la consommation rapide de plusieurs sucettes peut provoquer une ‘irritation temporaire des langues et des bouches sensibles' », écrit CPR Kids. Et de rappeler que « les sucettes acidulées peuvent être très dangereuses en raison de leur fort niveau d’acidité qui peut causer des brûlures chimiques ».

« Nous avons déjà mis en garde sur ce sujet, note le service de sécurité. Nous savons que les marques avertissent les consommateurs mais les dentistes disent que les sucettes devraient être évitées en raison de leur acidité, et ce quel que soit l’âge. » Preuve en est : des examens en laboratoire sur des sucettes acidulées montrent que la plupart d’entre elles sont plus acides que du vinaigre.

De nombreux cas similaires

Ce n’est pas la première fois qu’un tel incident est relaté sur les réseaux sociaux. L’année dernière, en Australie déjà, une petite fille de Melbourne âgée de 4 ans s’était retrouvée avec de graves brûlures sur la langue après avoir mangé une dizaine de sucettes de la marque Warhead, également très populaire en France. Cela avait été jusqu’à entraîner le décollement de la peau de sa langue, y laissant un trou béant. Sa mère s’était affolée dans les médias, disant qu’elle n’avait « jamais vu ça avant » et n’avait aucune idée du danger de ces confiseries si appréciées des enfants.

En 2018, c’est une grand-mère californienne, aux États-Unis, qui avait mis en garde les parents contre ces bonbons. « S’il vous plaît, ne donnez pas ces produits à vos enfants », avait-elle écrit sur Facebook après que son petit-fils s’est retrouvé, lui aussi, avec un trou dans la langue.

Alerter le grand public sur le PH

Alors qu’un pH neutre est de 7, la plupart des sucettes acidulées présentent généralement un pH compris entre 3 et 1.  « À titre de comparaison, le vinaigre a un pH de 3 tandis que l’acide gastrique a un pH de 1 », détaille le Dr Mikaela Chinotti, de l’Australian Dental Association, à Yahoo News Australia. Ces confiseries peuvent être d’autant plus dangereuses pour les jeunes enfants qu’ils ne savent pas toujours bien les déplacer dans leur bouche. « Sucer des sucettes avec ces faibles niveaux de pH, sans les déplacer dans la bouche, peut provoquer une réaction chimique créant une ‘brûlure’ sur les tissus mous de la bouche avec lesquels la sucette est restée en contact. »

« Les dommages les plus importants peuvent être causés par une exposition fréquente aux dents et une exposition prolongée aux tissus mous, tels que la langue ou les joues », poursuit-elle, conseillant à l’occasion au grand public de ne pas se brosser les dents immédiatement après avoir consommé une sucette, la bouche ayant besoin d’un peu de temps pour retrouver un pH plus proche de 7.  « Se brosser les dents dans une bouche qui vient d’être exposée à un pH très bas peut augmenter le risque d’usure par contact des poils avec les dents », ajoute-t-elle.

En France, ce n’est pas une sucette mais surtout un bonbon acidulé qui fait hurler les parents : les célèbres Têtes Brûlées« Je tiens à avertir toutes mes amies et connaissances qui ont des enfants de faire très attention à ce bonbon : Têtes Brûlées choc thermique. Ma fille a dû aller aux urgences suite à de grosses douleurs. Verdict : brûlure de l’œsophage et de l’estomac donc dix jours de traitements et de régime alimentaire. Faites attention à vos enfants », alertait une mère de famille sur Facebook en 2017. En quelques mois, les témoignages du jour se sont accumulés. « Le mien en a mangé à l’école. Je n’aime pas trop ce genre de bonbons vu qu’il n’a que 5 ans. Malheureusement, il a eu de aphtes dans la bouche », racontait une autre sur la page Facebook du site RTL.be.  « Mon fils et ma fille sont accros. Ma fille un solide problème dentaire malgré un brossage des dents correct. À retirer de la vente, comme beaucoup », interpellait une troisième.