Les États membres de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ont adopté une stratégie mondiale sur la santé bucco-dentaire lors de la 75e assemblée. Les délégués se sont accordés sur la nécessité de cette stratégie qui servira de base à l’élaboration d’un nouveau plan d’action mondial, incluant un cadre pour le suivi des progrès réalisés par rapport aux objectifs à atteindre d’ici 2030. Ce plan fera l’objet de discussions lors de l’Assemblée mondiale de la santé en 2023. L’OMS va également publier son premier rapport mondial sur la santé bucco-dentaire à la fin de 2022. 

Les maladies bucco-dentaires sont parmi les maladies non transmissibles les plus courantes dans le monde. Alors qu’elles sont en grande partie évitables, on évaluait en 2019 à plus de 3,5 milliards de cas les maladies bucco-dentaires et d’autres affections buccales à l’échelle mondiale, rappelle l’OMS dans un communiqué. 

Couverture sanitaire universelle

La stratégie mondiale établit la perspective de la couverture sanitaire universelle (CSU) pour la santé bucco-dentaire d’ici 2030. Un dispositif visant à permettre à chacun de bénéficier de l’état de santé bucco-dentaire « le plus élevé possible et de mener une vie saine et productive, notamment en s’attaquant (…) aux facteurs de risque des maladies bucco-dentaires », déclare l’OMS. 

La stratégie mondiale est la première étape vers la mise en œuvre de la résolution WHA74.5 de 2021 sur la santé bucco-dentaire. La stratégie fixe quatre objectifs généraux pour guider les États membres. Il s’agit de développer des réponses nationales ambitieuses pour promouvoir la santé bucco-dentaire et de réduire les maladies bucco-dentaires, et les inégalités en la matière. Un autre but à atteindre est de renforcer les efforts de lutte contre les maladies bucco-dentaires dans le cadre de la CSU. Enfin, le quatrième objectif est d’envisager l’élaboration de cibles et d’indicateurs, basés sur des contextes nationaux et régionaux, en s’appuyant sur les orientations de l’OMS pour prioriser les efforts et évaluer les progrès réalisés d’ici 2030.

Pour atteindre ces objectifs, l’OMS rappelle plusieurs recommandations : adopter une approche de santé publique, intégrer la santé bucco-dentaire aux soins de santé primaires et adopter des modèles novateurs pour répondre aux besoins de la population. « Il est essentiel de placer les gens au cœur des services de santé bucco-dentaire, notamment au moyen d’interventions personnalisées tout au long de leur vie et d’optimiser les technologies numériques », conclut l’OMS.