display banner v2 academic

Soins dentaires et Covid-19 : l'OMS explique tout en trois vidéos

Le 29 janvier, l'OMS a diffusé trois vidéos expliquant les procédés mis en place dans les cabinets dentaires pour lutter contre la propagation de la Covid-19. Ces dernières s'adressent aussi bien aux professionnels qu'aux patients.

Par Raphaëlle de Tappie, publié le 03 février 2021

Soins dentaires et Covid-19 : l’OMS explique tout en trois vidéos

Chacun le sait, les prestataires de soins bucco-dentaires travaillent en contact (très) étroit avec les patients. Ils sont exposés à la salive, au sang et autres liquides organiques. C’est pourquoi il est crucial que les procédures de désinfection et de stérilisation soient strictement respectées afin de protéger le cabinet et ses visiteurs des infections associées aux soins (IAS). Le 29 janvier, l’OMS a diffusé trois vidéos d’animation rappelant l’importance de ces habitudes, plus indispensables que jamais en temps de pandémie. Mais au-delà des process traditionnels de nettoyage et de désinfection du matériel médical, un triage des patients est désormais nécessaire, ainsi qu’une aération régulière du cabinet. Ces vidéos, pour l’heure uniquement en anglais (des versions en arabe, chinois, français, portugais, russe et espagnol devraient être diffusées au cours du premier trimestre 2021), s’adressent à un public très large. Elles ont pour objectif de sensibiliser les autorités de santé publique, surtout celles en charge de la santé bucco-dentaire, les personnels de soins, ou encore les patients qui envisagent de prendre rendez-vous pour une consultation.

Ces derniers seront surtout concernées par la première vidéo. « Nous devons continuer à aller chez le dentiste pendant la pandémie », amorce l’OMS.  Pour ne pas avoir peur, il est donc important de connaître les procédures mises en place dans les cabinets. L’OMS rappelle aux praticiens de « prioriser les urgences (infections systémiques, les gonflements, saignements qui durent, douleurs persistantes malgré les analgésiques, interventions nécessaires avant que d’autres opérations puissent avoir lieu, traumatismes dentaires…), de trier les patients et d’instaurer de nouvelles mesures pour protéger le personnel dentaire, le staff administratif et les patients ».  Si un patient nécessitant un soin urgent est suspecté positif à la Covid-19 (la secrétaire doit interroger les patients sur d’éventuels symptômes de la maladie), il doit se rendre dans un service spécifique aux urgences dentaires.

La deuxième vidéo insiste quant à elle sur l’importance de la procédure d’habillage. Pendant la pandémie, l’Organisation mondiale de la santé recommande de limiter les procédures générant des aérosols et invite donc à privilégier les techniques restauratrices non invasives. Si cela n’est pas possible, utilisez une protection respiratoire appropriée. La meilleure façon d’aérer reste encore d’ouvrir les fenêtres.

Privilégier une stérilisation à la vapeur

Dans la troisième vidéo, l’OMS rappelle l’importance de la désinfection et de la stérilisation des surfaces et matériels pour prévenir des contaminations. « Certaines procédures produisent des aérosols, qui peuvent contaminer de nombreuses surfaces et augmenter le risque de transmission du virus, commence l’Organisation. Et de poursuivre : Des études ont montré que la Covid-19 pouvait persister sur des surfaces métalliques, en verre ou en plastique pendant plusieurs heures. Après chaque patient, l’assistante dentaire doit effectuer une série de mesures de nettoyage. Elle doit d’abord laver avec un détergent pour réduire la présence d’agents pathogènes sur les surfaces contaminées. La chaise doit être nettoyée entre chaque patient, insiste la vidéo. Les surfaces les plus touchées telles que les poignées de porte, les chaises, les téléphones et les bureaux doivent également être nettoyées régulièrement. »

L’OMS recommande d’utiliser des procédés de stérilisation à la vapeur. Concernant les sols, ils doivent être nettoyés tous les soirs ou après chaque déjection de fluide ou de sang. Les déchets seront quant à eux collectés dans une poubelle spécifique. Car 15% d’entre eux sont susceptibles d’entraîner des risques environnementaux et sanitaires. Et l’OMS d’inviter les praticiens à coller au mur des affiches rappelant les procédures pour guider le personnel, et sans doute rassurer les patients au passage.

Si tout ce rituel paraitra titanesque aux néophytes « il n’y a pas grand-chose de nouveau, commente Philippe Rocher, président de la Commission des dispositifs médicaux de l’ADF à /dentaire365/, saluant des vidéos très bien faites et explicites. Outre les masques FFP2 et les visières de protection, ce qui a changé spécifiquement depuis le début de la crise sanitaire, c’est la gestion de l’aération. Concernant le nettoyage des dispositifs médicaux, que l’on combatte le VIH, l’herpès ou la Covid, le procédé est le même. Quant au nettoyage des fauteuils entre les patients, cela a aussi toujours été fait. Ce qui est très particulier, c’est quand on génère des aérosols car ils sont des possibilités de transmission de la Covid. En temps normal, ce n’est pas grave, mais là on ne peut pas se le permettre. Entre deux consultations, il faut donc ouvrir les fenêtres. C’est un petit peu compliqué car cela prend du temps et qu’en ce moment, il fait froid, mais c’est la meilleure des solutions pour faire entrer un air propre dans le cabinet. »