CE QU’IL FAUT FAIRE

• Soigner les éléments visuels !
Lorsqu’un patient arrive dans votre cabinet, la première chose qu’il va percevoir va être d’ordre visuel. Chaque détail compte ! Il est indispensable d’être vigilant sur la propreté et l’hygiène des surfaces, sans oublier le rangement. Trouvez également le bon éclairage : ni trop lumineux, ni pas assez. Votre décoration doit également être choisie avec goût : optez pour quelques plantes vertes, et par exemple de jolis tableaux ou quelques miroirs.

• Se mettre à la place du patient
Pour n’oublier aucun élément susceptible d’être perçu par le patient (vu, entendu, ou touché…), il faut se mettre à sa place et retracer son parcours dès qu’il passe la porte de votre cabinet. Que voit-il ? Est-il rapidement pris en charge ? S’adresse-t-on à lui avec politesse et gentillesse ? Lui indique-t-on la salle d’attente ? Cette salle est-elle suffisamment agréable ?

• Trouver la secrétaire/assistante à l’image des valeurs du cabinet
Votre secrétaire ou votre assistante est le reflet de votre cabinet : son rôle est donc essentiel en matière d’accueil physique, d’autant plus qu’elle est la première personne que le patient verra. Elle devra soigner sa gestuelle et son élocution. Ce premier contact doit rassurer les patients et les mettre en confiance.

CE QU’IL NE FAUT PAS FAIRE

• Négliger l’ambiance sonore
Le bruit dans un cabinet dentaire est un phénomène à prendre en compte. De la sonnerie du téléphone à celle de la porte d’entrée, en passant par les bruits de la zone clinique… tous doivent être maîtrisés. Vous pouvez penser à créer une atmosphère agréable en passant de la musique qui aura des vertus apaisantes sur vos patients anxieux.

• Oublier de prendre soin du confort des patients
Le confort est une somme de petits détails qui rendent le patient satisfait. Pensez à ajuster la température des locaux, à diffuser un parfum d’ambiance, à avoir des sièges agréables en salle d’attente, une fontaine à eau ou encore un porte-parapluies.

• Standardiser l’arrivée des patients
Le patient qui arrive est une priorité. Il faut le remarquer, lui montrer qu’on l’a vu, l’appeler par son nom, et dès que possible poser des questions précises selon les informations que l’on a pu recueillir de lui.