Le MTA (Mineral Trioxyde Agregate) est un dérivé du ciment de Portland dont la première forme commerciale a été distribuée sous le nom de ProRoot MTA par la société Dentsply Maillefer. Il a été mis sur le marché en 1993 et de nombreuses publications ont été publiées.

Initialement développé pour la chirurgie endodontique, ses propriétés biologiques ont très vite permis d’étendre ses indications d’utilisation vers le coiffage pulpaire, le traitement des perforations, l’apexification pour le traitement des dents immatures notamment. Ses avantages sont nombreux et ce matériau a vraiment permis à l’endodontie d’évoluer. Mais des inconvénients existent, à savoir les difficultés de manipulation, les risques de colorations dentaires dues à la présence d’oxyde de Bismuth dans sa composition, et son prix. Le silicate de calcium sous différentes formes est considéré comme le principe actif le plus impliqué.

Dans le cadre du coiffage pulpaire, il est placé en première intention, après désinfection de la cavité et de la plaie, directement au contact de la pulpe. Il n’est utilisé que pour la protéger, assurer l’étanchéité et induire la formation d’un pont minéralisé. Il doit être ensuite recouvert d’un matériau d’obturation coronaire, généralement avec une technique sandwich (ciment au verre ionomère et composite ou restauration de recouvrement). La manipulation du MTA peut s’avérer délicate pour les premières applications, mais l’utilisation d’une instrumentation appropriée, telle que les embouts NaviTips d’Ultradent facilite les choses. Le MTA est préparé à la demande par un mélange poudre/ liquide et peut avoir différentes consistances comme pour le MTA Flow d’Ultradent.

Le MTA présente d’autres indications d’utilisation, telles que l’apexification, l’obturation à rétro, le traitement des perforations, notamment. Pour le coiffage pulpaire, ce matériau est la solution de choix, dans le cadre de la dentisterie moderne adhésive.

Description

Le ciment de réparation agrégat minéral de trioxyde MTA Flow a été conçu pour obtenir facilement la consistance souhaitée selon la procédure à effectuer. Aussi, il peut s’appliquer avec les seringues et embouts Ultradent, pour plus de précision dans le traitement. Ce matériau bioactif favorise la cicatrisation. Les propriétés de la poudre (granulométrie fine) et du gel (mélange exclusif breveté) confèrent au MTA Flow une consistance lisse, ce dernier résistant au rinçage. Sa prise est rapide et il peut avoir une consistance gel adaptée, épaisse pour les coiffages pulpaires, les pulpotomies et les perforations appliquées avec l’embout Micro 20 ga Tip, une consistance fine et fluide pouvant être appliquée dans le canal avec l’embout 29 ga NaviTip pour les procédures d’apexification et de bouchon apical.

tableau1

Protocole clinique du MTA Flow d’Ultradent pour les coiffages pulpaires et les perforations du plancher de la chambre.

Cas clinique n°1

Dr Hervé Plard – Fig.1 à 9
Une patiente de 45 ans présente, sur 26 et 27, deux amalgames volumineux délabrés et infiltrés. Les deux dents sont vitales (test de vitalité positif et non exacerbé). La patiente ne rapporte pas de douleurs spontanées sur ces dents.
Dans la première séance clinique, la dépose des amalgames est faite sous digue (amalgame et proximité pulpaire) ; sur 26, une exposition pulpaire apparaît et un coiffage pulpaire direct avec MTA Flow est décidé.

Fig.1 : Coiffage pulpaire.
Fig.2a, b : Cas initial avec la présence d’amalgames volumineux avec proximité pulpaire sur 26 et 27 et radiographie rétro-alvéolaire.

Fig.3 : Pose du champ opératoire. / Fig.4 : Dépose des amalgames et effraction pulpaire sur 26. / Fig.5 : Mise en place du MTA Flow (coiffage pulpaire direct). / Fig.6a, b : Réalisation de la remontée de marge, IDS sur 26 et 27 et préparation des dents pour des onlays. Rétro alvéolaire. / Fig.7 : Onlays 26 et 27 en vitrocéramique IPS e.max monolithique maquillée.

Fig.8 : Collage des onlays 26 et 27 avec du composite chauffé Mosaïc.


Pour ce coiffage pulpaire, une consistance épaisse est conseillée. Il est nécessaire de mélanger 2 grosses doses de 0,26 g (cuillère doseuse) avec 2 gouttes de gel. La pâte obtenue est mise en place avec l’embout d’application micro 20 ga tip. Après la prise du matériau, une mise en place de composite est réalisée pour une remontée de marge et la préparation pour onlays, empreintes et provisoires. Une semaine plus tard est programmée la deuxième séance clinique. L’absence de douleurs sur 26 nous autorise au collage des deux pièces en vitrocéramique IPS e.max monolithique maquillée. Après l’essayage des deux onlays, l’assemblage par collage se fait sous digue à l’aide de composite de restauration chauffé (Mosaïc). Les excès sont facilement éliminés et une bonne polymérisation finale sous glycérine est entreprise avec la lampe Valo. Le résultat final est tout à fait satisfaisant et s’inscrit dans l’évolution de la dentisterie adhésive moderne.


De nombreuses études confirment que le coiffage pulpaire direct au MTA est une thérapeutique prédictible dans le cas d’exposition pulpaire après curetage de lésions carieuses profondes et en l’absence de douleur spontanée. Le choix du matériau de coiffage est déterminant et actuellement le MTA ou les silicates tricalciques sont les matériaux de choix, car le MTA a montré une meilleure qualité du pont dentinaire comparé à l’hydroxyde de calcium.

Fig.9a, b : Résultat final. / Fig. 10a, b : Cas initial et radiographie rétro-alvéolaire.

Cas clinique n°2

Dr Camille Bertrand – Figures 10 à 12
Une patiente de 48 ans vient pour une douleur en secteur 4, qu’elle traite par une automédication depuis trois jours. Cette douleur est provoquée et spontanée et la localisation de la dent causale est sur 46. Le diagnostic est une pulpite partiellement réversible. L’éviction carieuse est faite sous digue en vue d’une pulpotomie. Au fraisage, un saignement tempéré apparaît ; une hémos-tase est alors réalisée avec un coton stérile. Du MTA Flow de la société Ultradent est utilisé. Ce matériau a une consistance adaptée à certaines procédures cliniques selon les dosages entre la poudre et le gel. Pour cette pulpotomie, une consistance épaisse est conseillée. Il est nécessaire de mélanger 2 grosses doses de 0,26 g (cuillère doseuse) avec 2 gouttes de gel. La pâte obtenue est mise en place avec l’embout d’application Micro 20 ga Tip. Après la prise, l’étanchéité coronaire est réalisée avec un composite occluso-distal (Mosaïc d’Ultradent).

Fig. 10a, b : Cas initial et radiographie rétro-alvéolaire.
Fig. 10a, b : Cas initial et radiographie rétro-alvéolaire.
Fig. 11a, b : Cas final avec la pulpotomie et le composite et radiographie rétro-alvéolaire.

Fig.12 : Pulpotomie.

Conclusion
Le MTA (Mineral Trioxide Aggregate) permet de réparer les lésions iatrogènes et certaines complications pathologiques cliniques. Les différentes formes de MTA existant actuellement sur le marché ont prouvé leur efficacité clinique, mais leurs consistances sont souvent granuleuses et trop épaisses avec une ergonomie discutable. Avec ses excellentes caractéristiques physico-chimi-ques et sa consistance soit épaisse soit fluide, le MTA Flow offre une manipulation et un placement aisés selon les situations cliniques. Le MTA Flow s’utilise dans les cas des perforations radiculaires, d’obturations de l’apex (chirurgie endodontique à rétro et apexi-fication), de coiffage pulpaire, de pulpotomies et de résorptions internes.

BIBLIOGRAPHIE :

• Tchilalo Boukpessi, Maxime Drossart, Fleur Bérès, Nelly Pradelle-Plasse. Coiffage pulpaire direct, pulpotomie, pulpectomie : où en sommes-nous en 2020. Réalités Cliniques, 2019, Vol.30, N°4 : pp.241-252.
• Duncan HF et al. European Society of Endodontology position statement : Management of deep caries and the exposed pulp. Int Endod J 2019 ; 52 (7) : 923-34.
• Mente J, Geletneky B, Ohle M, Koch MJ, Friedrich Ding PG, Wolff D, et al. Mineral trioxide aggregate or calcium hydroxide direct pulp capping: an analysis of the clinical treatment outcome. J Endod. 2010;36(5):806–13.
• Katherine Semennikova, Nelly Pradelle-Plasse, Pierre Colon. Les ciments tricalciques Biomatériaux Cliniques n°2 – 15.10.2018 : pp.10-19.
• Katherine Semennikova, Nelly Pradelle-Plasse. Les ciments tricalciques Biomatériaux Cliniques n°2 – 30.9. 2016 : pp.16-25.
• Jean-Stéphane Simon, Katherine Semennikova, Nelly Pradelle-Plasse, Pierre Colon. Les ciments tricalciques – spécificités du matériau Biodentine – Partie 3 02.04.2019. Biomatériaux Cliniques n°1 – 15 mars 2019: pp.46-50.