Une patiente de 52 ans, non fumeuse, sans traitement médicamenteux, édentée de longue date entre 15 et 25, nous est adressée par un correspondant pour une reconstruction osseuse de la crête et la pose d’implants dans le but de s’affranchir de sa prothèse adjointe partielle (Fig.1). Le bridge d’usage sera réalisé par son praticien traitant.

1. Étapes cliniques

La table osseuse vestibulaire est sévèrement atrophiée (Fig.2). Une augmentation osseuse de grande envergure de type régénération osseuse guidée avec biomatériaux d’origine humaine pinsée (ROGHP) est programmée avec pose d’implants différée de 6 mois (1-3).

Fig.2 : Résorption post-extractionnelle sévère de la table osseuse vestibulaire incompatible avec la pose d’implants.

Les matériaux retenus pour la greffe sont : une membrane Créos de 30 x 40...

mm, et 1,5 cc de poudre Biobank spongieux de granulométrie 0,5 mm.

La membrane est fixée en vestibulaire par 4 pins Stoma (Fig.3).

Fig.3 : Fixation vestibulaire haute de la membrane par 4 pins Stoma.

Les points d’ancrage sont suffisamment apicaux de telle sorte de permettre la reconstruction d’un volume osseux compatible avec la mise en place d’implants de 10 mm de longueur. 1,5 cc de poudre d’os sont régulièrement répartis en vestibulaire de la crête résorbée (Fig.4).

Fig.4 : 1,5 cc de poudre osseuse Biobank est disposé en vestibulaire.

La membrane est étirée sur la poudre osseuse et fixée par 4 pins en palatin de manière à configurer et stabiliser le volume à reconstruire (Fig.5).

Fig.5 : Membrane Créos étirée et fixée en palatin par 4 pins Stoma.

À 10 jours postopératoires survient une complication : la membrane est exposée en plusieurs points (Fig.6).

Fig.6.

Le bain de bouche et l’antibiothérapie sont reconduits pour une durée de 15 jours supplémentaires. La guérison se déroule spontanément avec un recouvrement progressif et total de la zone exposée par du tissu gingival.

Pendant ce temps, la membrane exposée reste intacte. Son comportement permet un parfait maintien de la poudre d’os, en rendant impossible l’expulsion des particules dans le milieu buccal. La membrane joue le rôle de barrière mécanique pendant la durée de son exposition.

À 5 mois postopératoires, des lambeaux sont réclinés afin de procéder à l’ablation des pins, prélever une carotte osseuse destinée à l’analyse histologique, et poser les implants (Fig.7).

Fig.7 : Malgré l’exposition temporaire de la membrane, à 5 mois le volume osseux reconstruit rend possible la mise en place des implants.

Le volume osseux gagné est très important, compatible avec la pose de 6 implants destinés à soutenir un bridge implanto-porté de dix dents.

2. Examen 3D du volume reconstruit

La comparaison des images avant et après la régénération osseuse guidée (ROG) illustre la réalité de l’important gain tissulaire (Fig.8 à 13).

Fig.8 : Reconstruction 3D avant la ROG.
Fig.9 : Reconstruction 3D après la ROG (pins visibles au niveau apical).
Fig.10 : Coupe axiale avant la ROG.

Fig.11 : Coupe axiale après la ROG.

Fig.12 : Coupes transversales avant la ROG.

Fig.13 : Coupes transversales après la ROG.

3. Étude histologique

Fig.14 : Coupe histologique.

Le prélèvement a été effectué 6 mois après la régénération osseuse guidée à l’aide d’un trépan. La carotte osseuse a été confiée au laboratoire Novotec. Le cytoplasme des cellules est rose et leur noyau bleu-violet (Fig.14). La matrice extracellulaire, dont le tissu osseux, est colorée en rose/orangé. Les bandes de néosynthèse, sont colorées en jaune-orangé. Les ostéoblates sont signalés par les lettres  » ob « . Les résultats histologiques mettent en évidence une néoformation osseuse significative autour des fragments de greffon.

Conclusion

Il semble que, malgré l’exposition précoce de la membrane, la régénération osseuse guidée a permis de recréer un important volume osseux. Le résultat obtenu dans le cadre de cette ROG est très favorable, tant sur le plan quantitatif – le volume tissulaire généré est très important – que qualitatif, le tissu obtenu est en grande partie, à 5 mois, osseux, vascularisé et minéralisé. Une étude récemment publiée portant sur 82 cas consécutifs de ROG associant ces matériaux, conduite dans notre cabinet, confirme les résultats en termes de gains osseux.

L’auteur

Dr Miguel Asin

  • Implantologie exclusive
  • Expert judiciaire près la cour d’appel de Lyon
  • Doctorat chirurgie dentaire
  • CES biologie buccale
  • AEU recherche en implantologie
  • DU implantologie
  • DU expertise maxillo-faciale
  • Post Graduate Implantology and prosthodontics

Bibliographie

1. Frayssinet P, Rouquet N, Mathon D, Histological integration of allogenic cancellous bone tissue treated by supercritical CO2 implanted in sheep bones. Biomaterials, 1998, N°19, p. 2247-2253.

2. Fages J, Poirier B, Barbier Y, Viral inactivation of human bone tissue using supercritical fluid extraction. ASAIO Journal, 1998, N°44, p. 289-293.

3. Mitton D, Rappeneau J, Baedonnet R, Effect of a supercritical CO2 based treatment on mechanical properties of human cancellous bone. European Journal of Orthopaedic Surgery & Traumatology, 2005, N°15, p. 264-269.

4. Asin M. Résultats d’un essai clinique de 82 reconstructions osseuses consécutives associant des particules allogéniques Biobank à des membranes résorbables Créos pinsées. Implant 2020;26:202-219.

Cet article est réservé aux inscrits.