Le traitement prothétique de patients ayant des troubles fonctionnels est un défi pour les dentistes. Dans quelle mesure la céramique hybride VITA ENAMIC, compte tenu de son élasticité proche de celle de la dentine, peut-elle convenir à des patients atteints de bruxismes ?

Certes les reconstructions avec la céramique hybride sont encore au stade expérimental pour ce type d’indications, mais elles donnent lieu à de bons résultats cliniques.

Situation initiale

Le patient âgé de 48 ans souffrait depuis dix ans de fortes douleurs temporo-mandibulaires et de migraines, et de ce fait de dépressions ayant entraîné une incapacité professionnelle. Les nombreuses consultations médicales et les essais thérapeutiques (entre autres via des gouttières d’occlusion) n’ont pas soulagé le patient.

Une correction chirurgicale de la mandibule conseillée en raison d’une anomalie squelettique de classe III a été refusée par le patient, la réussite du traitement étant incertaine.

Traitement préliminaire

Le patient a été adressé à notre clinique. Nous nous sommes d’abord efforcés de stabiliser l’occlusion en rectifiant l’alignement des dents de manière réversible. La longueur optimale des bords incisaux, le plan d’occlusion et les dimensions horizontales et verticales ont été définies avec un gabarit d’occlusion maxillaire en cire (Fig. 4).

En rehaussant la dimension verticale de 8mm, il a été possible de  corriger la relation d’Angle de classe IIII. Pour une évaluation à long terme une gouttière en PMMA sur la base du gabarit d’occlusion a été fabriquée pour un usage permanent (Fig. 5 et 6). Dix heures après sa pose (Fig. 7) le patient pleura de joie en disant qu’il n’avait plus aucune douleur. Il en fut ainsi pendant les deux ans de port en bouche.

Sélection des matériaux

C’est seulement après le rehaussement réussi de la dimension verticale que les prothèses fixes ont été conçues. L’objectif était de conserver la substance dentaire saine par un procédé non invasif. Pour la précision de l’adaptation il faut disposer d’un matériau que l’on puisse fraiser très finement au niveau des bords. De plus les propriétés du matériau devaient se rapprocher le plus possible de celles de la dent vivante. la céramique hybride VITA ENAMIC avec sa grande résistance mécanique, son élasticité et son aptitude au collage remplit toutes ces conditions.

Fabrication des restaurations définitives

Pour reporter précisément l’alignement optimal des dents, une empreinte numérique a été prise une fois sans gouttière une fois avec gouttière. Les scans superposés ont constitué la base pour une construction virtuelle des restaurations monolithiques en VITA ENAMIC ;  (Fig. 8 et 9).

Après la fabrication, celles-ci ont été caractérisées (Fig. 10 et 11). Les essais ont montré une grande précision d’adaptation et le patient était très content de la couleur des dents. Il fut donc possible de procéder immédiatement à un scellement par collage. Afin de créer une transition invisible vers la substance dentaire, on s’est servi d’une composition d’obturation préchauffée.

Bilan

Avec la pose des restaurations en VITA ENAMIC (Fig. 12 à 14), le patient a gagné thérapeutique non invasif présenté ici peut donner de remarquables résultats même sur des patients ayant d’extrêmes douleurs fonctionnelles et leur apporter une qualité de vie bien meilleure.  en confiance et trouvé un nouvel emploi. Cet exemple montre que le concept thérapeutique non invasif présenté ici peut donner de remarquables résultats même sur des patients ayant d’extrêmes douleurs fonctionnelles et leur apporter une qualité de vie bien meilleure.