Pour maintenir la position debout, un individu utilise plusieurs systèmes sensoriels (Peterka, 1995). Le corps humain s’adapte donc (ou tente de le faire) en...

permanence au gré de diverses stimulations perçues par ses capteurs (Fig.1) qui transmettent une information sensitive au système nerveux central, ce qui provoque une réaction motrice adaptative en retour (Fig.2). C’est le principe de la stimulation neurosensorielle.

Cette science est bien connue dans le domaine de la posturologie. Certains spécialistes se servent même de ce système de transmission d’informations à des fins thérapeutiques (TNS, pour thérapie neurosensorielle, ou PNS pour posturothérapie neurosensorielle selon P. Villeneuve).

En effet, il est préposé qu’une stimulation, comme une semelle de posture par exemple, adéquate, et donc au bon endroit et à la bonne épaisseur, provoquera en retour une réponse musculaire, orientée et spécifique, bénéfique pour la posture (relâchement, symétrisation du tonus) (Kavounoudias et al, 1998).

Consultez l’intégralité de l’article.

Cet article est réservé aux inscrits.