Envoyer ses vœux est une tradition annuelle qui perdure : selon un sondage Opinionway de 2020, 88 % des Français envisagent de souhaiter la bonne année à leurs proches. La crise sanitaire et les épisodes de confinement qui en ont découlé auraient même renforcé cette envie d’adresser un message chaleureux à son entourage. Et qui dit plaisir d’offrir, dit très probablement aussi plaisir de recevoir…

Le Dr Stéphane Simon se dit « adepte » des cartes de vœux en début d’année. «  J’ai un exercice limité à l’endodontie depuis 2003 et je renouvelle cette tradition tous les ans, qui consiste à envoyer les vœux de l’équipe du cabinet à nos correspondants. Cela peut paraître un peu vieux jeu, mais pour nous c’est important. Nous gardons le modèle traditionnel de carte de vœux, envoyé par courrier postal et n’utilisons pas, volontairement, le modèle numérique. »

Telle est en effet la question qui se pose désormais. Papier ou numérique ? « Peu importe, rétorque Carine Mikou. Ce qui compte, c’est finalement l’émotion que l’on cherche à faire passer à son destinataire à travers une carte », assure la directrice de Dynamique Dentaire, agence spécialisée dans la communication et le marketing du secteur dentaire. Chaque format présente en effet des avantages : l’envoi d’e-cards (carte électronique) est rapide, facile et moins onéreux que la carte de vœux...

papier, qui reste quant à elle très appréciée pour son côté traditionnel. « D’ailleurs, ce n’est pas un hasard si un Français sur quatre continue d’envoyer encore ses vœux par La Poste ». Et puis, aimantée sur un frigo, elle laisse probablement sa trace plus longtemps. « Mais les deux supports n’en restent pas moins très créatifs », garantit la communicante.

Sympathique rituel

La carte électronique pourrait sembler plus contemporaine, mais nous la considérons moins personnelle, estime pour sa part le Dr Simon. « L’envoi d’une carte toute faite sur Internet nous paraît trop facile. Il suffit d’y coller une liste d’e-mails, et d’appuyer sur le bouton « envoyer »… ». Dans son cabinet d’endodontie à Rouen, la création de la carte, son impression puis la mise sous enveloppe sont réalisées par l’équipe, au cabinet. Avec écriture de l’adresse à la main (et pas sur une étiquette), précise-t-il encore ! « Le collage des timbres sur chacune des enveloppes est un moment assez sympathique qui nous permet au passage de faire le point sur les relations que nous entretenons avec nos correspondants. Et pour être honnête, je dois dire que le moment où l’on met toutes les enveloppes dans la boîte de la Poste procure un sentiment très agréable ! Cet instant, je le revis chaque année depuis 2003 (je l’avais stoppé pendant ma période à l’Université puis l’ai retrouvé en 2019 lors de ma réinstallation). »

L’autre question vient tout naturellement : faut-il adresser ses vœux à ses patients ? Pour le Dr Simon, la réponse est non. Et pour sa consœur exerçant dans l’Oise, le Dr Marie-Emmanuelle Brétel, le « non » est encore plus catégorique. Pour la chirurgienne-dentiste non conventionnée, à l’exercice orienté en endodontie et en parodontologie, il est hors de question d’envoyer ce genre de message à sa patientèle. « Trop lèche-bottes, trop mielleux ! Cela s’inscrit dans une démarche de séduction commerciale qui me semble déplacée vis-à-vis de personnes qui sont responsables, non captives, et me choisissent en connaissance de cause », estime la praticienne. « Si je recevais ce genre de carte de la part de mon dermatologue ou de ma gynécologue, elle partirait directement à la poubelle ! »

Elle se verrait bien en revanche faire cet effort pour ses correspondants actuels d’orthodontie et d’implantologie, les réguliers qui lui adressent des patients, « parce qu’alors nous sommes sur un pied d’égalité ». Car si elle « adore » recevoir le traditionnel présent de la part de certains de ses partenaires, elle reconnaît bien volontiers avoir parfois une « grosse flemme » de mettre la main à la pâte, après ses quelque cinquante à soixante heures hebdomadaires passées au cabinet…

Avoir recours à une agence de communication pourrait être une solution, convient-elle, car présenter ses vœux reste un moyen élégant de se rappeler au bon souvenir de ses confrères. En revanche, pour les quelques patients avec qui elle ressent plus d’affinité, elle enverra volontiers un SMS, « car c’est sur l’instant, de façon spontanée ».

Un moment de partage au sein de l’équipe

Le cabinet du Dr Bruno Treil adresse quant à lui ses vœux par voie postale à ses correspondants, ses fournisseurs ou aux dépôts dentaires locaux… Ainsi qu’à une sélection de patients. Les 150 à 200 parmi les plus fidèles ou ceux qui ont beaucoup fréquenté le cabinet durant les derniers mois, ou encore ceux qui sont également commerçants du voisinage. « Nous faisons appel à une graphiste privée, ou bien à l’entreprise Vœux créatifs, qui nous propose une belle carte. Ce peut être un sourire digitalisé par exemple, sur lequel nous ajoutons notre patte personnelle ».

Parmi cette liste sélective, les encore plus « happy few », auront même le privilège d’un petit mot écrit de la main de l’équipe. Ce sont les assistantes qui s’occupent de fabriquer les étiquettes puis de poster. « Certes, cela représente une tâche supplémentaire mais je crois qu’elles l’apprécient. Car cela reste un chouette moment de partage au sein de notre équipe ».

L’occasion de dire merci

« Même si l’on sait que ce geste aura forcément un impact marketing sur notre patientèle, poursuit le Dr Treil, notre intention première est de remercier la confiance que nos patients nous ont accordée en passant du temps sur notre fauteuil. Notre démarche est avant tout sincère. C’est juste saisir l’opportunité de dire merci ». Cette version manuscrite vient en rappel d’un autre message, numérique celui-ci, qui est adressé par mail à l’intégralité du fichier patients de son cabinet. « Nous travaillons avec l’agence, Webdentiste, pour la communication dans notre salle d’attente. Sur leur site, nous disposons d’un module à cet effet. Il suffit de choisir parmi une liste. C’est une façon simple, rapide et efficace de maintenir une tradition sympathique. »

Le cabinet du Dr Simon se penche déjà sur la carte de 2022. C’est une agence de communication qui propose l’illustration, nouvelle chaque année. « Il s’agit souvent d’une photo de l’équipe. On essaie juste de respecter la charte graphique du cabinet, en l’occurrence les tons bleu et orange ».

Et si vous vous laissiez totalement emporter par l’esprit de Noël, peut-être pourriez-vous profiter de ce geste pour soutenir une association caritative en utilisant ses cartes pour adresser vos messages les plus chaleureux et les plus sincères ?

Derrière la bonne intention, un levier marketing

Numérique ou papier, la carte de vœux est indubitablement un « levier marketing très efficace ». C’est ce qu’assure l’agence Dynamique Dentaire, spécialisée dans le marketing et la communication du secteur dentaire et qui égrène ici cinq bonnes raisons d’envoyer une carte professionnelle en cette période de fêtes.

1- Instaurer une relation de proximité avec vos patients

« Dans la crise que nous traversons actuellement, je crois que nous avons besoin de conforter nos liens. Plus que jamais en 2022, la carte de vœux sera bien plus qu’une simple formalité, mais plutôt un vrai geste d’attention envers autrui », affirme Carine Mikou, directrice de Dynamique Dentaire.

2- Fidéliser votre patientèle et vos correspondants

La carte de vœux est un outil marketing très puissant qui montrera à vos patients et contacts que vous avez apprécié les soigner ou travailler avec eux, assure l’agence.

3- Garder le contact 

La carte est un excellent moyen de se rappeler au bon souvenir de vos patients et correspondants.

4- Mettre en avant l’identité et les valeurs de votre cabinet

Profitez-en pour asseoir l’identité de votre cabinet auprès de vos destinataires. 

5- Vous démarquer de vos confrères

En misant sur l’originalité et le capital sympathie pour votre carte de vœux 2022, vous retiendrez l’attention de vos patients et correspondants, garantit encore l’agence de communication qui voit par ailleurs la carte comme un « moyen de promouvoir subtilement de nouveaux services ». Et de conclure que « ne pas envoyer ses vœux ou les envoyer trop tardivement peut même avoir un impact négatif sur l’image de votre cabinet ».

Cet article est réservé aux abonnés.