Patients à besoins spécifiques, des suppléments tarifaires pour leur prise en charge

Prendre en charge des personnes à besoins spécifiques, en raison de leur handicap mental ou physique, demande du temps, une organisation et un savoir-faire relationnel qui n'étaient pas valorisés sur le plan tarifaire. Mais l'année 2020 change la donne avec l'application de l'avenant n°3 de la convention. Décryptage.

Par Claire Manicot, publié le 09 décembre 2020

Patients à besoins spécifiques, des suppléments tarifaires pour leur prise en charge

Quand on souffre de handicap, parfois, on n'ose pas prendre rendez-vous dans un cabinet dentaire, car on a vécu une succession de petites humiliations. C'est le cas de Guillaume C., ingénieur en télécommunication à Lille (Nord), 40 ans, souffrant d'une maladie neuromusculaire. « Le dentiste que j'ai consulté enfant, répétait sans cesse « ouvre la bouche », je prenais sur moi, ma maladie fait que j'ai une limitation d'ouverture de la mâchoire, j'ai besoin de pauses plus fréquentes lors d'un soin, raconte-t-il. Adulte, j'ai consulté un praticien qui a installé mon fauteuil roulant parallèlement au fauteuil dentaire, afin de pouvoir avoir de la lumière et accéder à ses outils. Il était mal positionné, stressé, pressé et moi je n'étais pas à l'aise. En arrivant sur Lille en 2016, je n'ai pas trouvé de cabinet disponible et accessible, j'ai fini par appeler l'hôpital qui m'a orienté vers un praticien du réseau...

Ce contenu est réservé aux abonnés de Solutions Cabinet Dentaire.

S'abonner pour lire la suite