Que vous soyez une petite équipe qui se compte sur les doigts de la main ou un bataillon avec associés, collaborateurs, assistantes et secrétaires, vous avez la préoccupation en tant que chef de cordée de faire de votre cabinet dentaire une entreprise où il fait bon travailler. Soigner une ambiance, cela passe souvent par l’organisation de moments festifs ou de team building au cours de l’année.

La fin d’année, un moment opportun

« Nous sommes quatre praticiens, six assistantes et une employée de ménage. Nous organisons un repas de Noël avec remise de cadeaux, bons d’achat, champagne et chocolat, témoigne Marie-Hélène Fahy, chirurgien-dentiste à Rives-sur-Fure (Isère). En trente-cinq de carrière, mon équipe est restée stable, soudée et je n’ai pas ressenti le besoin d’organiser d’autre chose. » De son côté, Julia et ses deux associés dont le cabinet emploie six assistantes, organisent deux sorties par an. « Selon les envies et les idées des uns ou des autres, nous organisons un spectacle, une croisière sur la Loire avec dîner gastronomique », explique-t-elle. Pour les praticiens, c’est une manière de récompenser les équipes pour leur engagement. « Comme je travaille avec une assistante, j’organise un repas avant Noël avec nos conjoints respectifs, témoigne de son côté André, chirurgien-dentiste près de Marseille. J’ai bien pensé l’inviter à prendre part à des voyages...

professionnels de deux jours à Paris ou ailleurs mais je ne voudrais pas que ce soit mal perçu par l’entourage ou les confrères. »

Aller en équipe aux congrès professionnels

« Nous n’avons pas été formés au management, fait remarquer Yves qui exerce à Strasbourg dans un cabinet qui compte trois praticiens et quatre assistantes. Qu’on ait une petite ou grande équipe, l’enjeu est le même : entretenir la motivation, favoriser la communication. Si l’on souhaite inviter ses assistantes à un événement et qu’on est droit dans ses bottes, sans ambiguïté relationnelle, où est le problème ? De leur côté, les personnes sont libres de participer ou non. Certaines ne conçoivent pas de laisser enfants ou conjoint pour une sortie. » Le praticien y voit aussi une question culturelle, nous les Français serions en retard sur les États-Unis ! « Je vais régulièrement à des salons dentaires aux États-Unis, les praticiens américains se déplacent toujours avec leurs salariés. Cela ne leur viendrait pas à l’idée de se déplacer seuls. Pour ma part, j’organise chaque année un voyage professionnel de deux ou trois jours. Nous sommes allés à Bordeaux, Paris et Rome. Je prépare avec l’équipe un programme de conférences pour les assistantes et, le soir, nous nous retrouvons au restaurant et généralement il y a un après-midi de visites touristiques. L’avantage est aussi de pouvoir défiscaliser les frais. » Le cabinet Appoline situé à Orvault (Loire-Atlantique), constitué d’une équipe de dix personnes (quatre chirurgiens-dentistes, cinq assistantes et une coordinatrice), organise régulièrement des événements festifs (atelier dans une faïencerie, restaurant, sortie à la mer) associés à des réunions de travail. « Il nous arrive parfois de privatiser une salle pour définir et discuter des axes de travail de l’année », relate Hélène de Lagarde, coordinatrice du cabinet.

Le team building, un concept né aux États-Unis

Le « team building » ou construction d’équipe est un concept né aux États-Unis dans les années 1920 des travaux menés dans l’usine Western Electric de Chicago par le psychologue et sociologue Elton Mayo. Celui-ci a démontré que l’ajout de certains avantages et l’attention particulière de l’employeur améliorait la productivité des salariés. En d’autres termes, plus la solidarité est forte, plus l’entreprise est performante… Résultat, pour souder leurs équipes, ces dernières décennies, les grandes entreprises ont lancé toutes sortes d’événements ludiques, sportifs, artistiques et de nombreuses sociétés se sont spécialisées dans le secteur.

« Nous organisons des voyages et des événements dans le Grand Ouest de la France, de Brest à Chambord et de Deauville à La Rochelle, explique Pascale Barker, directrice de production de l’agence événementielle Funbreizh. Nous pouvons proposer un week-end détente à Roscoff avec thalassothérapie et visite d’une conserverie de produits de la mer, un rallye vélo sur l’île-aux-Moines ou bien une chasse aux trésors au Mont-Saint-Michel. Nous avons des équipes d’animateurs dédiés et nous organisons les repas et des temps de séminaire si nos clients le désirent. La première réaction des petites sociétés est de penser que ce n’est pas pour elles mais nous réalisons des programmes à la carte selon les envies et les budgets. »

Sortir de l’ordinaire, découvrir de nouvelles sensations, retrouver le plaisir du jeu, il suffit de faire un tour sur le Web. Dans chaque coin de France, les propositions de team building sont nombreuses et variées. « À quarante minutes de Paris, nous présentons l’un des plus grands complexes de karting européens, nous proposons une formule « incentive entreprise », explique Jean-Pierre Langlois, responsable de RKO (Racing Kart Organisation) à Angerville (Essonne). Après des essais libres et chronométrés, des équipages de pilotes sont constitués pour lancer une course en relais. Nos animateurs sont là pour coacher lors de la prise en main des véhicules, rassurer si besoin, faire respecter les règles de circulation et de sécurité. Certaines personnes sont parfois impressionnées mais elles repartent avec le sourire aux lèvres et des souvenirs à partager. »

La société Kahotep située aux Échelles (Savoie) propose aussi de faire le plein de sensations fortes avec des activités de plein air dans le Vercors et la Chartreuse, comme la randonnée raquette, le canyoning, la via ferrata ou l’initiation à la spéléologie, ainsi que des activités ludiques telles que la course d’orientation, le water ball ou le tir carabine laser. « Nous proposons les formules les plus adaptées aux besoins de nos clients, il est important que les entreprises définissent bien leurs objectifs. Certaines veulent du challenge pour stimuler les individus, d’autres préfèrent un moment ludique sans compétition pour récompenser leurs salariés d’avoir surmonté une période difficile », précise Clémentine.

« C’est devenu indispensable »

Depuis la création de son cabinet en 2017, Laurence Williamson, chirurgien-dentiste à Trélazé (Maine-et-Loire) propose à son équipe deux fois par an des activités festives. « C’est devenu indispensable, estime-t-elle. Cela peut être un bowling, un escape game, une sortie au marché de Noël. Nous allons aussi au moins une fois dans l’année au restaurant. La pandémie de Covid-19 a bousculé un peu nos programmes mais nous nous adaptons avec des repas en terrasse ou une sortie pique-nique près d’un lac. » Voilà deux ans que la France est mise sous cloche. Dans la vie personnelle comme dans la vie professionnelle, il y a moins de liens sociaux, on se voit à peine derrière le masque, on se salue par un geste.

« Ce contexte épidémique a ébranlé tout le monde, nous avons besoin de nous retrouver, de remettre de l’humain dans nos vies, constate Pascale Barker de l’agence Funbreizh. C’est manifeste, en septembre dernier, entre deux vagues, nous avons eu un record d’activité. »

Créer des temps de convivialité hors contexte professionnel, c’est redonner du souffle à chacun. Les deux années qui viennent de s’écouler ont été particulièrement stressantes et ont demandé beaucoup d’engagement, de réactivité pour s’adapter aux nouvelles normes d’organisation du travail, accueillir les patients et, parfois faire face à des réactions agressives. En outre, il faut prendre en compte que le sens de l’équipe peut être relatif d’un cabinet à l’autre, chaque chirurgien-dentiste travaillant généralement de façon complètement autonome par rapport à ses associés et ses collaborateurs. « Les binômes chirurgiens-dentistes/assistantes se croisent au cabinet, mais certains se connaissent à peine, note Hélène de Lagarde. Ces rencontres en dehors du cabinet nous permettent d’avoir de véritables échanges et elles nous mettent sur un pied d’égalité. Nous découvrons les maladresses ou les talents des uns et des autres dans un cours de cuisine ou un atelier de décoration, dans la bonne humeur et dans un esprit d’entraide. Nous avons vécu des moments pleins d’émotion quand il s’agissait d’émailler des bols dans une faïencerie à Pornic. En plus le fait de travailler l’émail faisait écho à l’art dentaire ! »

Tous ces moments partagés créent des souvenirs, une histoire commune et un sentiment d’appartenance à un groupe. Cela se ressent ensuite au quotidien sur la capacité à gérer et dépasser les conflits et entretient une ambiance agréable au travail. Le team building est donc un atout de taille pour recruter de nouveaux salariés.  

Cet article est réservé aux abonnés.