Lorsque l’on évoque la lutte contre le stress, le sport arrive presque immanquablement comme arme ultime. On le sait, durant un exercice physique, les endorphines sont libérées. Vous vous sentez mieux, votre degré d’anxiété s’en trouve diminué et votre sommeil apaisé. Le sport permet aussi au cerveau de libérer de la dopamine, ce célèbre neurotransmetteur qui intervient dans les mécanismes de la récompense. Oui mais que faire si l’on n’est pas sportif ou, si simplement on manque de temps ? Comment profiter des nombreuses heures passées au cabinet pour diminuer votre niveau de stress ?

Musique, c’est vous le DJ

Les liens qui unissent un auditeur à une musique sont uniques. Pour la musicothérapeute Alexandra de Fonds-Montmaur, « il n’existe malheureusement pas de playlist universelle qui conduirait tous les auditeurs à la détente. »

Exit donc l’idée de créer un enchaînement de vingt titres pour relaxer tout le monde au cabinet !...

« De nombreuses recherches ont été effectuées dans le but d’établir des liens entre la musique et l’état émotionnel des patients mais les conclusions ne sont pas définitives. Sont par exemple souvent mises en avant les pulsations d’une musique, c’est-à-dire le nombre de battements à la minute. Plus ils sont lents, plus la chanson serait apaisante. Il existe d’ailleurs de nombreux disques dédiés à la relaxation. Or, rien ne prouve que cela fonctionne à chaque fois », tempère la musicothérapeute.

D’ailleurs pour contre-exemple, Alexandra se souvient avoir reçu dans son cabinet des personnes qui écoutaient du métal pour se détendre. « La musique sollicite différentes parties de notre cerveau et réveille des émotions liées à l’histoire de chacun. » Autorisez-vous donc à écouter les chansons qui vous détendent, pensez à vous ! Par ricochet le patient en profitera aussi. S’il ne partage pas vos goûts artistiques, il sera au moins dans les mains d’un praticien zen.

De l’huile dans les rouages

Les huiles essentielles trouvent souvent leur place sur les étagères des cabinets dentaires. Pour « rendre zen » les patients (et les praticiens au passage) la diffusion d’huile essentielle de citron dans la salle de soin est parfaitement indiquée. De la même façon, avant un acte chirurgical délicat ou après une tension vous pouvez mettre deux gouttes d’huile essentielle de lavande fine sur vos poignets, les frictionner et les respirer profondément. L’effet apaisant est instantané. La lavande fine contient des esters dont le rôle est sédatif, calmant et antispasmodique. Stress et insomnies sont souvent liés : en cas de stress, l’endormissement est perturbé ce qui génère une fatigue supplémentaire pour l’organisme.

Soigner le stress et lutter contre l’insomnie sont donc bien souvent deux démarches indissociables. L’huile essentielle de Valériane est connue pour ses vertus anxiolytiques et sédatives qui apaisent efficacement les angoisses. Elle a une action sur la fréquence de la respiration et sur l’activité motrice, ce qui lui permet d’intervenir dans les cas d’anxiété et de difficulté à se concentrer.

Faites des pauses, même des micros

Nathalie Vallet est sophrologue à Lyon. Elle intervient régulièrement dans des entreprises où elle donne des formations sur la gestion du stress et l’optimisation des pauses lors de sa journée de travail. Elle affirme que si l’on n’y prend pas garde, « l’accumulation de journées trop chargées est susceptible de générer un stress intense lié à l’effort de concentration de façon continue. Elle peut également engendrer l’apparition de TMS (troubles musculosquelettiques). »

Si ce fonctionnement n’est évidemment pas physiologique, il peut cependant constituer un vrai choix de vie qui appartient à chaque praticien. « Dès lors, la journée doit néanmoins être ponctuée de pauses efficaces. Des exercices de respiration, de concentration, d’imagination ou certains mouvements constitueront d’excellentes pauses, calmantes et ressourçantes. » La première question est alors : quand faire une pause ? « Il faut avoir en tête que même une très courte pause entre deux patients peut être très bénéfique et que certains exercices peuvent être pratiqués simultanément à des gestes automatiques que l’on effectue plusieurs fois par jour. »

Exercices antistress à pratiquer au cabinet

La sophrologue Nathalie Vallet propose une série d’exercices très courts à pratiquer au cabinet.

Prendre conscience de ses points d’appui. Cet exercice est extrêmement simple et particulièrement efficace pour se recentrer dans l’instant présent. Il s’agit simplement de prendre conscience de ses points d’appui à chaque fois que vous passez en position assise. Ritualiser cet exercice potentialise son efficacité.

Pratiquer la respiration abdominale. Un exercice simple et discret qui peut parfaitement être effectué durant un soin s’il est bien maîtrisé. À l’inspiration, laissez votre ventre se gonfler, à l’expiration, sentez votre ventre qui se rentre. L’action apaisante de cette respiration abdominale est immédiate.

La cohérence cardiaque. À chaque petite pause, il est assez simple de mettre en place cet exercice. En position assise, le dos droit, les pieds à plat, installez une respiration un peu allongée, en comptant cinq secondes pour chaque inspiration et cinq secondes pour chaque expiration. Cet exercice se situe à la marge de la méditation, il est reconnu efficace pour la gestion du stress et ses conséquences.

L’époussetage. Quelques secondes suffisent, à faire entre chaque patient ou au moins en fin de journée avant de quitter le cabinet. Il s’agit simplement de passer le plat des mains sur tout le corps comme pour se débarrasser d’une poussière imaginaire sur le visage, le cou, les épaules et tous les endroits accessibles jusqu’au bout des pieds. Ce processus correspond à une transition, à une préparation à quelque chose de nouveau, il est très utile pour se recentrer et éviter l’accumulation de la fatigue, physique, mentale et émotionnelle.

Cet article est réservé aux abonnés.