Les chirurgiens-dentistes sont questionnés sur l’orthodontie tous les jours : les patients veulent parfaire leur sourire, et parfois l’orthodontie est nécessaire pour rétablir la santé fonctionnelle ou corriger un problème esthétique. Les aligneurs, qui peuvent facilement s’intégrer dans votre pratique quotidienne, représentent une option de choix pour répondre à cette demande croissante en tant qu’omnipraticien. Cependant, l’établissement d’un plan de traitement orthodontique, aussi contrôlé soit-il, ne s’improvise pas. Comprendre pleinement le diagnostic et le traitement nécessite du temps et de la formation pour acquérir les compétences indispensables afin de mener à bien un traitement par aligneurs.

Les bénéfices dans les actes d’omnipratique

Ne serait-il pas intéressant de vous former à l’orthodontie afin de pouvoir traiter vos propres patients, plutôt que de les adresser à un confrère orthodontiste ? La question semble provocatrice, mais elle n’est pourtant pas dénuée de sens. Si vous décidez, en tant qu’omnipraticien, d’ajouter l’orthodontie par aligneurs à vos compétences, votre travail ne se limitera pas à créer un sourire parfait : vous serez également amené à traiter des cas plus complexes, lorsqu’une correction de l’occlusion est nécessaire, par exemple. 

Consacrer du temps supplémentaire à l’apprentissage des techniques...

d’orthodontie par aligneurs va donc ajouter de la valeur à votre exercice et améliorer le niveau de service que vous offrez à votre patient : en corrigeant une malocclusion, en même temps que son sourire, vous pouvez l’aider à améliorer sa respiration, son alimentation, son sommeil, etc. « Certes, notre travail consiste à aligner les dents, mais c’est aussi le capital santé dentaire global du patient que nous améliorons, car l’alignement facilite tout ce qui est nettoyage, brossage et entretien en général », explique le Dr Christian Bitar, chirurgien-dentiste à Amiens.

Un point de vue que partage Kelly Nyffenegger, consultante en orthodontie : « Dans tous les cas, pouvoir proposer des traitements d’alignement dentaire est vraiment un atout pour les plans de traitements globaux, et même pour le patient dans sa globalité. » À condition toutefois de disposer d’une formation solide et adéquate. « Il est indispensable de passer par une formation clinique, c’est-à-dire avec des professionnels qui vous expliquent vraiment l’orthodontie dento-faciale. Ensuite, une formation sur l’organisation peut aussi être envisagée, pour faciliter la mise en place de cette nouvelle pratique dans le cabinet, que ce soit pour l’expliquer aux patients ou pour former les équipes », souligne la consultante.

Se former pour mieux communiquer avec les patients

Outre l’acquisition des indispensables compétences techniques et cliniques, la formation aux traitements d’alignement dentaire permet d’apprendre à améliorer la communication au sein du cabinet. Un patient consultant principalement pour un soin, comment prévoyez-vous d’intégrer les aligneurs dans votre échange avec lui ? Quel temps sera nécessaire pour aborder ce sujet ? Comment l’inclure dans un planning déjà bien chargé, et à quel moment ?

En parallèle de ce volet très concret sur l’intégration des aligneurs dans vos échanges, la formation à la communication concerne aussi votre équipe, qui doit elle aussi être préparée à discuter avec les patients des options disponibles, de ce qu’un traitement orthodontique par aligneurs peut leur apporter, en plus d’avoir un beau sourire, et les motiver dans la perspective d’y recourir. Donner aux patients toutes les informations dont ils ont besoin leur permet de poser davantage de questions au praticien et de décider si le traitement par aligneurs peut leur convenir.

« Il est impératif de pouvoir orienter et informer le patient, qui est noyé d’informations, que ce soit par les réseaux sociaux ou les nombreuses publicités sur les gouttières, qui donnent l’impression que le traitement est magique. Il y a vraiment un fossé entre ce qui se dit et la réalité médicale, explique Kelly Nyffenegger. En cela, la formation peut être un atout pour que le praticien puisse fournir au patient et à ses collaborateurs une information transparente et honnête. Il faut notamment que les assistantes soient conscientes du plan de traitement proposé, qu’elles comprennent ce que préconise le docteur. C’est très important car ce sont elles qui assureront par la suite une bonne transmission de l’information auprès des patients. Selon moi, former les équipes est indispensable, car cela permet aussi de pérenniser l’activité du cabinet. »

Dynamiser l’activité du cabinet

De nos jours, les facteurs économiques liés à la gestion d’un cabinet dentaire prospère impliquent de plus en plus de générer des revenus supplémentaires. En ce sens, vous former à pratiquer des actes d’orthodontie par aligneurs est un bon moyen de redynamiser l’activité de votre cabinet. « La pratique de cette technique a énormément développé l’activité de mon cabinet, reconnaît Christian Bitar. Parce qu’en tant qu’omnipraticiens proposant le traitement par aligneurs, nous pouvons répondre rapidement aux demandes de patients adultes ! Par ailleurs, en plus d’augmenter la patientèle, le fait d’avoir été formé et de pratiquer l’orthodontie par aligneurs développe aussi notre métier, car nous prenons vraiment le patient dans sa globalité. Certes, tous les patients ne peuvent pas forcément accepter tous les plans de traitement pour différentes raisons, notamment le prix, mais nous avons au moins l’obligation de leur proposer le meilleur. »

C’est un autre bénéfice de la formation : elle ravive l’enthousiasme des équipes au sein du cabinet et surtout, celui du praticien lui-même. « Lorsque les chirurgiens-dentistes retournent dans leur cabinet après avoir suivi une formation d’orthodontie par aligneurs, ils regardent généralement leurs patients et leur pratique différemment. Ils proposent plus facilement à ceux qui ont par exemple un petit chevauchement, de mettre en place un traitement pour le corriger. Le praticien diversifie son activité et le patient est satisfait », constate Kelly Benguigui, en charge de la formation ortho-aligneurs à l’Académie internationale d’implantologie orale (AIIO). Que vous soyez dentiste débutant ou chevronné, l’apprentissage de l’orthodontie devrait donc sans nul doute constituer un défi intellectuel et professionnel passionnant.

 

« Il faut savoir mettre son ego de côté »

Si se former aux aligneurs permet d’acquérir les techniques nécessaires à leur mise en place, il n’en reste pas moins important de connaître ses limites, comme l’explique le Dr Christian Bitar.

« Certains praticiens ont tendance à croire que placer des aligneurs est un jeu d’enfants, mais c’est faux : cela reste de l’orthodontie et un traitement à part entière. Cela implique qu’il faut parfois savoir mettre son ego de côté et reconnaître qu’un cas dépasse nos capacités et qu’il faut l’adresser à un confrère plus compétent. C’est bien sûr valable en omnipratique aussi, mais c’est d’autant plus vrai qu’il s’agit d’orthodontie, car en France, nous avons toujours un peu cette opposition “les orthodontistes contre les dentistes”. En réalité, il y a de bons et de moins bons professionnels dans les deux métiers. C’est précisément pour cela que j’ai créé l’Académie dentaire pluridisciplinaire pour omnipraticiens (ADPO) : pour contrer ces idées et montrer qu’en tant qu’omnipraticiens, nous avons aussi les moyens de nous former pour proposer ces traitements aux patients adultes, tout en connaissant nos limites. »

Bien choisir sa formation

Vous souhaitez suivre une formation aux traitements d’alignement dentaire mais vous ne savez pas comment la choisir ? Voici quelques repères pour vous retrouver dans l’offre de tous les organismes disponibles.

En premier lieu, choisissez préférablement un organisme reconnu par l’État qui offre une formation complète, dédiée aux omnipraticiens. Elle doit notamment présenter les caractéristiques suivantes :

• une formation théorique et une formation pratique ;

• un protocole solide de diagnostic et de traitement logique, sûr et reproductible ;

• fournir du matériel pédagogique de référence ;

• offrir un encadrement continu à mesure que vous prenez en charge de nouveaux cas, afin d’être mesure de répondre à toutes vos questions ;

• vous donner les compétences nécessaires pour différencier les cas simples des cas complexes, afin de savoir lesquels accepter et lesquels adresser à un confère orthodontiste.

Cet article est réservé aux abonnés.