Onlay composite en technique semi-directe : rapidité et esthétique

Dr Yassine HARICHANE

Peu de praticiens ont recours aux restaurations en technique semi-directe par méconnaissance du procédé. Pourtant elles offrent rapidité de mise en oeuvre et anatomie de restauration. Un choix de traitement qui octroie en outre un gain de confiance dans la relation soignant-soigné.

Dr Yassine Harichane, publié le 18 septembre 2015

Onlay composite en technique semi-directe : rapidité et esthétique

La sensibilisation du grand public à l’esthétique dentaire et à la sécurité sanitaire amène progressivement les chirurgiens-dentistes à retirer de leur arsenal thérapeutique l’amalgame d’argent (1). Les progrès dans le développement des matériaux d’obturation et une meilleure compréhension des protocoles de collage permettent aux praticiens de proposer des solutions thérapeutiques qui combinent innocuité, longévité et esthétique (2.3). Lors de la réalisation d’une restauration dentaire postérieure, le choix du praticien porte sur le type de matériau, composite ou céramique, et sur la technique : directe, semi-directe ou indirecte. Les restaurations directes se limitent généralement à des cavités de petites tailles et se font en composite. Lorsque la cavité devient plus étendue, le praticien se retrouve face à un choix clinique plus délicat. Si la cavité concerne une cuspide et un point de contact proximal, le praticien...

Ce contenu est réservé aux utilisateurs inscrits sur le site dentaire365

S'inscrire gratuitement pour lire la suite