L’empreinte optique en implantologie

Actuellement nous sommes aussi précis, voire plus, avec une empreinte optique sur un à trois implants qu’avec une empreinte physico-chimique.

Dr Mathieu ROUSSET, publié le 01 octobre 2018

L’empreinte optique en implantologie

Le numérique prend de plus en plus de place dans notre profession. Depuis plus de vingt ans nos techniciens de laboratoire utilisent la CFAO pour la réalisation des armatures zircone, chrome cobalt, titane et des couronnes en dissilicate de lithium. Pour ce faire, ils scannent nos empreintes coulées en plâtre avec leur scanner de laboratoire pour ensuite concevoir la prothèse numériquement et la faire usiner. En 2015, après concertation avec nos prothésistes, nous avons pris le parti de passer à l’empreinte optique. Nous avions pour ambition de remplacer les techniques usuelles d’empreinte physico-chimique par l’empreinte optique intra-orale (Wilk 2015; Ramsey et Ritter 2012 ; Joda et al. 2014).

...

Ce contenu est réservé aux utilisateurs inscrits sur le site dentaire365

S'inscrire gratuitement pour lire la suite